La Presse Canadienne

OTTAWA — L’équipe qui s’occupe des médias sociaux au sein de l’armée canadienne a publié la photo d’un chasseur Super Hornet de Boeing en relayant, mardi, la décision du gouvernement d’opter pour des chasseurs… F-18 australiens d’occasion, construits par le concurrent, McDonnell Douglas.

Le gouvernement canadien a annoncé mardi son intention d’acheter 18 appareils australiens trentenaires afin d’appuyer l’armée de l’air en attendant l’appel d’offres et la livraison de 88 nouveaux avions de combat qui remplaceront sa flotte vieillissante de CF-18.

Mais plutôt que de coiffer leur publication d’une photo du chasseur F-18, les responsables des médias sociaux au sein de l’armée avaient choisi l’appareil que le gouvernement venait justement d’ignorer: le Super Hornet, un chasseur que l’Australie a d’ailleurs acheté de Boeing en 2010.

À la suite des plaintes formulées à Washington par Boeing contre Bombardier, le gouvernement canadien a renoncé à acquérir 18 Super Hornet pour renflouer temporairement sa flotte de CF-18.

L’erreur de photographie a été rapidement signalée par plusieurs lecteurs avertis, mais certains en ont profité pour se payer la tête de «ce gouvernement qui ne peut même pas faire la différence entre les deux appareils».

Le porte-parole du ministère de la Défense nationale, Daniel Le Bouthillier, a expliqué que les responsables, «dans leur empressement», avaient accidentellement publié une photo montrant des Super Hornet australiens. Le ministère regrette cette erreur, mais M. Le Bouthillier a indiqué qu’il n’était pas question de supprimer le message en ligne.

«Considérant que des centaines de Canadiens ont manifesté un grand intérêt pour la sécurité nationale en commentant l’acquisition (des chasseurs), nous avons décidé de ne pas supprimer le message», a-t-il expliqué dans un courriel. «Ça n’aurait pas été un service à rendre à ceux qui nous suivent dans les médias sociaux.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!