Une usine de fabrication de lampes fluorescentes, Ledvance, à Drummondville, fermera ses portes à la fin de l’année, mettant ainsi à pied ses 59 derniers travailleurs, fait savoir vendredi le syndicat Unifor.

L’entreprise, détenue par un consortium chinois, avait déjà procédé à des vagues de mises à pied dans le passé. Lors de la dernière vague, en août, 30 salariés avaient perdu leur emploi, a précisé au cours d’une entrevue John Caluori, adjoint au directeur québécois d’Unifor, affilié à la FTQ.

M. Caluori déplore ces mises à pied qui touchent sa section locale 127Q, d’autant plus que, voyant le marché de la lampe fluorescente traditionnelle décliner, le syndicat lui-même s’était mis à la recherche de solutions de rechange pour le travail à l’usine.

«C’est une fermeture définitive. Ça nous a pris de court, parce qu’on avait eu des discussions avec l’employeur sur le positionnement de l’entreprise: y avait-il moyen de développer d’autres créneaux dans l’éclairage, avec la companie ou le consortium chinois? L’employeur s’était montré… je ne dirais pas intéressé, mais il n’était pas désintéressé», a rapporté M. Caluori.

«Ça a fait en sorte qu’on a mis le bureau de la ministre (de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique) Anglade dans la loupe et qu’on a commencé à regarder la possibilité de trouver quels programme on pourrait utiliser, pour voir s’il y a moyen de développer de nouveaux produits et-ou rapatrier des produits qui sont faits ailleurs», a relaté le dirigeant syndical.

Le syndicat Unifor avait même eu des discussions à cet effet avec le cabinet de la ministre Anglade avant Noël. «On était en attente de la réponse de l’employeur», a-t-il dit.

Puis après les Fêtes, l’employeur a annoncé la fermeture en décembre prochain.

Le syndicat croit que le consortium chinois a choisi de fermer l’entreprise du Québec pour transférer la production dans une usine de Versailles, dans le Kentucky, aux États-Unis.

M. Caluori craint même que l’échéance de décembre ne puisse être respectée, puisque sachant que l’usine fermera au cours des prochains mois, les travailleurs chercheront un autre emploi d’ici là. «Le marché du travail est quand même bon.»

Cette usine Ledvance, qui s’appelait auparavant Sylvania Electric, a déjà employé près de 1000 travailleurs dans les plus belles années.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!