JONATHAN HAYWARD / La Presse Canadienne Le chef du Parti conservateur, Andrew Sheer.

OTTAWA — Les conservateurs et les néo-démocrates se sont réunis dans deux villes différentes, mercredi, pour planifier leur stratégie contre les libéraux en vue de la reprise des travaux à la Chambre des communes la semaine prochaine.

Leur défi principal est le même — persuader les Canadiens que leur parti est celui qui doit être porté au pouvoir en 2019 —, mais chacun doit désormais trouver la manière la plus convaincante de faire valoir sa cause.

Le chef conservateur Andrew Scheer a rencontré les députés et les sénateurs de son parti à Victoria, en cherchant à positionner sa formation comme celle qui se bat pour tous les Canadiens.

M. Scheer a soutenu qu’en ce qui a trait à la sécurité économique et à la sécurité nationale, le premier ministre Justin Trudeau ne s’attarde tout simplement pas aux priorités des Canadiens, mais plutôt à celles des «initiés, des biens connectés, à ceux qui arpentent les coulisses du pouvoir libéral». M. Scheer a affirmé que les conservateurs luttent pour «la prospérité et les possibilités pour tous les gens, peu importe où ils vivent, d’où ils viennent et ce qu’ils font pour gagner leur vie».

À Ottawa, les néo-démocrates ont privilégié une approche plus ciblée, le chef Jagmeet Singh promettant de s’attaquer de manière plus insistante aux inégalités de revenus.

M. Singh, qui a pris les rênes du parti en octobre, a cité deux études, dont une de l’organisation Oxfam qui montre que les personnes les plus riches au Canada et à travers le monde continuent de s’enrichir de plus en plus.

«Pendant ce temps, les grandes entreprises agissent pour punir les travailleurs qui cherchent seulement à avoir un salaire décent», a dit le chef du NPD, faisant sans doute référence à la réaction de certaines compagnies en Ontario à l’égard de l’augmentation récente du salaire minimum dans cette province.

«Et des ententes commerciales injustes privilégient les intérêts d’un petit groupe contre les intérêts de la grande majorité. Les Canadiens se font dire que l’économie va très bien, mais ils n’en ressentent pas les bénéfices», a-t-il souligné.

Forger leur image

Depuis la pause du temps des Fêtes aux Communes, MM. Scheer et Singh ont tous deux travaillé à forger leur image personnelle auprès des Canadiens.

M. Scheer est arrivé aux rencontres du caucus après être revenu tout récemment d’un séjour à Washington pour discuter des bénéfices de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) et aussi pour se positionner comme un premier ministre en devenir.

Pour sa part, M. Singh est allé jusqu’à permettre aux médias d’être témoins de sa demande en mariage à Gurkiran Kaur, avant de relayer à profusion la nouvelle sur les médias sociaux, un geste qui a fait sourciller des gens au sein même de son propre caucus.

Les députés du NPD devaient initialement se réunir au Saguenay–Lac-Saint-Jean, mais la tempête hivernale a contraint le parti à opter pour Ottawa.

Les néo-démocrates avaient espéré qu’un caucus dans cette région permette de faire connaître M. Singh aux Québécois et de commencer à rebâtir les appuis dans la province après quelques années difficiles.

Les conservateurs font aussi face à des défis au Québec, ayant perdu l’un de leurs sièges dans une récente élection complémentaire. Ils ont aussi perdu un siège en Colombie-Britannique.

Tout de même, le Parti conservateur fait relativement bonne figure dans les sondages, et pour M. Scheer, l’un des défis sera de contrer les efforts des libéraux visant à le présenter comme une copie conforme de son prédécesseur, Stephen Harper.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!