EDMONTON – Des inspecteurs de l’Office national de l’énergie (ONÉ) sont de passage à Edmonton cette semaine afin d’examiner la salle de contrôle d’Enbridge à la suite de critiques formulées par les autorités américaines.

Cette inspection se déroule deux ans après qu’un oléoduc appartenant à Enbridge eut déversé l’équivalent de 20 000 barils de pétrole au Michigan, et au moment où la compagnie tente d’obtenir le feu vert pour son projet d’oléoduc canadien Northern Gateway.

Le mois dernier, le bureau américain de la sécurité des transports avait publié un rapport cinglant sur la fuite dans la rivière Kalamazoo, qui critiquait plus particulièrement le comportement du personnel de la salle de contrôle d’Enbridge à Edmonton.

Selon le rapport, les employés ont agi comme des incompétents et ignoré les avertissements les avisant que l’oléoduc fuyait, alors que le pétrole continuait à se répandre dans la nature.

L’ingénieur en chef de l’ONÉ, Iain Colquhoun, a déclaré que le document avait attiré l’attention de l’organisme fédéral.

Résultat: une équipe d’inspecteurs de l’ONÉ séjournera plusieurs jours à Edmonton afin de voir comment la nouvelle salle de contrôle d’Enbridge s’y prendrait pour traiter un déversement de la même envergure que celui survenu au Michigan. La salle est en fonction depuis un an.

L’oléoduc Northern Gateway, un projet de 5,5 milliards $ qui permettrait de transporter le pétrole albertain jusqu’au Pacifique afin qu’il soit expédié vers les marchés étrangers, a été dénoncé par les environnementalistes, les Premières Nations et le gouvernement de la Colombie-Britannique.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!