TORONTO — La recherche de restes humains en lien avec l’enquête portant sur un meurtrier en série à Toronto est si imposante que la police affirme que les chiens renifleurs provenant d’autres corps de police ont été appelés en renfort.

Des centaines d’agents de police passent au peigne fin une trentaine de propriétés qui sont liées à Bruce McArthur, un jardinier de 66 ans, qui est accusé d’avoir tué cinq hommes et d’avoir caché leurs corps dans des bacs à fleurs.

Jusqu’à maintenant, la police a retrouvé les restes de six personnes et identifié l’une d’entre elles. Il s’agit d’Andrew Kinsman, un homme de 49 ans, qui avait disparu du village gai de Toronto en juin dernier.

La police de Toronto travaille avec la Gendarmerie royale du Canada pour passer au crible la base de données du Centre national pour les personnes disparues et restes non identifiés et ainsi tenter de retrouver d’autres victimes.

Les autorités prévoient élargir leur périmètre de recherche à l’extérieur de la Ville-Reine, mais elles affirment que pour l’instant, elles misent toutes les énergies sur la ville de Toronto.

«C’est une tâche colossale, mais nous allons la mener», a déclaré la porte-parole de la police de Toronto Meaghan Gray.

Même les chiens renifleurs sont épuisés, a-t-elle dit, ajoutant que des chiens provenant de la Police provinciale de l’Ontario (OPP), et des corps de police de Peel et de York, mettent l’épaule à la roue.

«Nos chiens sont fatigués et ils ont besoin de se reposer et nous devons faire progresser l’enquête, alors nous avons demandé de l’aide», a-t-elle poursuivi. «Les chiens ont vraiment besoin de reposer leurs nez. Ils deviennent moins efficaces lorsqu’ils travaillent trop.»

McArthur a été accusé de cinq chefs de meurtre prémédité pour la mort d’Andrew Kinsman et les morts présumées de Selim Esen, 44 ans, Majeed Kayhan, 58 ans, et Soroush Mahmudi, 50 ans, de même que pour la mort de Dean Lisowick, qui avait 43 ou 44 ans. Tous ces hommes semblent avoir des liens avec la communauté LGBT.

La police a dit qu’elle s’attendait à déposer d’autres accusations contre McArthur.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!