Archives Métro

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n’exclut pas d’avoir recours à la loi pour obliger les optométristes à offrir des services couverts par la Régie de l’Assurance-maladie du Québec (RAMQ).

«C’est une disposition de la loi qui est très intéressante quand on se retrouve dans une situation de prise d’otage du public. Cet article de la loi, je le regarde intensément», a indiqué lundi M. Barrette au cours d’un point de presse.

En entrevue avec Métro, la directrice-générale de l’Association des optométristes (AOQ), Maryse Nolin, a soutenu que ce «serait vraiment dommage que le ministre aille jusque là». «On n’est pas des employés de l’État. Les optométristes ont des travailleurs autonomes et des propriétaires. Il ne peut pas forcer ces gens à retourner travailler à perte», a-t-elle affirmé.

Après l’échec des négociations entre le gouvernement et les optométristes, ces derniers ont annoncé mercredi dernier qu’ils se retiraient de la RAMQ.

Les optométristes déplorent que les versements du gouvernement n’aient pas suivi la hausse de leurs coûts d’exploitation. La RAMQ paie 42$ en moyenne pour un examen, ce qui coûte 95$ au privé, a illustré l’AOQ. «Après une rencontre, le 17 janvier, ils devaient nous revenir avec des offres monétaires, mais on n’a jamais eu d’autres offres après», a rapporté Mme Nolin.

«Ça fait un an qu’on tente de négocier et qu’on a pas de réponses du ministère. Qu’il en arrive à [forcer le retour dans la RAMQ] c’est un aveu d’échec pour eux et c’est l’arme ultime qu’ils n’ont pas besoin d’utiliser.» –Maryse Nolin, directrice-générale de l’AOQ

Le ministre a exhorté les optométristes à revenir à la table de négociation. «On n’est pas là pour mettre en péril le côté affaire des optométristes, mais en même temps, on est pas le père Noël. On veut avoir une entente raisonnable», a-t-il ajouté.

Les enfants de moins de 18 ans et les personnes de plus de 65 ans peuvent avoir accès gratuitement aux examens optométriques, via le régime public d’assurance-maladie, tout comme les prestataires d’aide sociale.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!