The Canadian Press Justin Trudeau

OTTAWA — Les libéraux tardent à faire adopter leur projet de loi sur la traite de personnes en Chambre, mais au budget, ils annoncent des investissements pour s’attaquer au fléau.

Le gouvernement Trudeau a l’intention de verser 14,5 millions $ sur cinq ans pour créer un «service national d’écoute téléphonique sur la traite de personnes», un portail en ligne et un «mécanisme de renvoi aux services sociaux et aux organismes d’application de la loi».

Le service d’écoute contribuera «à la protection des personnes vulnérables pouvant faire l’objet de la traite des personnes et permettra aux victimes d’avoir accès aux services sociaux et aux services d’application de la loi dont elles ont besoin», lit-on dans le budget 2018.

«La traite des personnes est un crime odieux qui touche de manière disproportionnée les femmes et les filles et surtout les Autochtones, les nouveaux arrivants et les personnes à faible revenu», ajoute-t-on dans cette section de l’exercice financier, qui tient sur une demi-page.

Cette mesure budgétaire figure parmi les nombreuses que le gouvernement a l’intention de mettre de l’avant dans le cadre de son plan à la lutte contre la violence fondée sur le sexe, un pan de l’orientation féministe du budget.

Sur le plan législatif, les libéraux font cependant du surplace. Le projet de loi C-16, qui vise à lutter contre le phénomène du proxénétisme, a été déposé il y a plus d’un an et il n’a toujours pas encore atteint l’étape de la deuxième lecture en Chambre.

Les partis d’opposition ont unanimement déploré l’inaction libérale dans ce dossier, surtout que sa mesure législative a été déposée en remplacement d’une autre, d’initiative parlementaire celle-là, qu’avait portée l’ancienne députée Maria Mourani.

Ce projet de loi, le C-452, a obtenu la sanction royale en juin 2015, mais le gouvernement Trudeau a refusé de signer le décret qui l’aurait fait entrer en vigueur, disant y avoir détecté des problèmes de constitutionnalité.

Un comité parlementaire a récemment annoncé que ses membres partiraient en tournée pancanadienne en mars afin de prendre le pouls des survivants de la traite de personnes et d’intervenants du milieu. Un montant de 100 000 $ a été mis de côté pour l’exercice.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!