Josie Desmarais/Métro

MONTRÉAL — Le Groupe Juste pour rire a conclu une entente de principe avec un «regroupement d’investisseurs».

Le groupe a confirmé qu’une entente a eu lieu, sans identifier les acheteurs potentiels.

L’entreprise précise que cette offre a pour effet de renvoyer la balle du côté de Québecor qui «peut se prévaloir de son droit de premier refus».

À partir de maintenant, il existe donc «deux issues possibles», souligne-t-on. Juste pour rire deviendra la propriété de «ce groupe» non identifié ou il deviendra la propriété de Québecor.

Selon Cogeco Nouvelles, le groupe d’investisseurs lié à la transaction de plusieurs dizaines de millions de dollars serait la firme ICM Partners, dans laquelle on retrouve certains investisseurs canadiens.

Le groupe aurait acquis la totalité des actions de l’entreprise détenue jusqu’ici par Gilbert Rozon.

Au total, sept groupes avaient manifesté leur intérêt pour mettre la main sur le Groupe Juste pour rire. Depuis quelques semaines, seulement deux d’entre eux étaient toujours dans la course, soit ICM Partners et Katz Group, dirigé par le milliardaire albertain Daryl Katz.

L’entreprise québécoise Québecor disposerait de 12 jours pour exercer son droit de premier refus et égaler l’offre d’ICM Partners.

Si la transaction est confirmée, elle assurerait la survie du Groupe Juste pour rire et le maintien des emplois.

Le processus de vente du Groupe Juste pour rire a commencé en octobre après les allégations d’agression et de harcèlement sexuels à l’endroit de son fondateur et propriétaire Gilbert Rozon. La transaction fera en sorte que ce dernier ne détiendra plus aucun intérêt dans l’entreprise qu’il a fondée en 1983.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!