Justin Tang Justin Tang / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le roi Philippe de Belgique, qui se dit passionné par l’espace, a déclaré lundi qu’il était ravi de découvrir le Canada à travers les yeux d’une astronaute, faisant référence à la gouverneure générale, Julie Payette.

Le roi belge a entamé lundi une visite d’État d’une semaine au Canada, avec sa femme, la reine Mathilde. Au premier jour de son voyage, il a rencontré la gouverneure générale du Canada, une ancienne astronaute, qui les a reçus à Rideau Hall, à Ottawa.

Devant des admirateurs brandissant des drapeaux belges, le roi Philippe a révélé qu’il aimait l’espace et qu’il était «très content» de voir le pays à travers les yeux d’une astronaute.

Le couple royal doit participer à d’autres événements plus terre-à-terre pendant son séjour — la première visite d’État belge en plus de 40 ans.

Lors de leur première journée de visite, lundi, le roi et la reine ont planté un érable dans le sol gelé de Rideau Hall, ils ont visité une cabane à sucre et ont placé une couronne de fleurs sur la Tombe du Soldat inconnu, au Monument commémoratif de guerre du Canada.

Ils ont aussi rencontré des délégations du Canada et de la Belgique. Un entretien avec la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a toutefois dû être annulé, car le vol de la ministre a été retardé en raison des problèmes informatiques d’Air Canada.

L’un des thèmes principaux de la visite belge est de remercier le Canada pour son implication dans la libération de la Belgique pendant la Première Guerre mondiale, a déclaré le roi.

«Nous devons notre liberté aux militaires qui sont venus dans notre pays il y a 100 ans pour mettre fin à la Première Guerre mondiale», a-t-il déclaré.

«Nous, en Belgique, n’oublions jamais cela.»

Pour marquer la fin des commémorations du centième anniversaire de la Première Guerre mondiale dans les deux pays, le couple royal doit participer mardi à une cérémonie lors de laquelle un canon datant de la guerre sera offert au Musée canadien de la guerre.

Alors que l’Europe fait face à une administration américaine de plus en plus protectionniste, la visite de la royauté belge est aussi perçue comme une façon pour Bruxelles et Ottawa de souligner les avantages du libre-échange.

«La mondialisation du (commerce) augmente», a constaté Mme Payette.

«Et avec l’Accord économique et commercial global qui a été conclu avec l’Europe, nous augmenterons (le commerce) et progresserons au bénéfice de tous les pays.»

Le roi Philippe et la reine Mathilde doivent aussi visiter Toronto et Montréal pendant leur tournée.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!