Getty Images/iStockphoto Des documents contenant des informations personnelles de patients sont retrouvées au recyclage.

TORONTO — Une nouvelle étude conclut que les hôpitaux devraient réduire le recours aux documents papier afin de protéger davantage les renseignements personnels des patients. La déchiqueteuse est aussi fortement recommandée.

Des chercheurs de l’Hôpital St.Michael, de Toronto, ont récupéré pendant un mois près de 600 kilos de documents des bacs de recyclage d’autres établissements de santé de la métropole canadienne, afin d’évaluer à quel point des renseignements personnels avaient pu être ainsi offerts à des yeux indiscrets.

Les chercheurs ont ainsi trouvé 2687 documents contenant des renseignements personnels de patients — des documents qui auraient dû, selon eux, être déchiquetés avant d’être déposés dans les bacs de recyclage.

Plusieurs de ces documents révélaient par exemple des détails sur l’état de santé d’un patient ou même des renseignements financiers.

Pourtant, tous les hôpitaux visités s’étaient dotés d’une directive afin d’assurer la protection de la vie privée des patients.

L’étude, publiée mardi dans la revue de l’Association médicale américaine (JAMA), recommande que les hôpitaux réduisent leur utilisation de documents papier et qu’ils fassent preuve de plus de vigilance, en ayant notamment davantage recours à la déchiqueteuse.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!