TORONTO — Une audience sur la déportation d’un réfugié somalien, arrivé au Canada alors qu’il était enfant, a été reportée jusqu’à ce que la Cour fédérale entende sa cause ce printemps.

Dans une décision rendue mercredi à Toronto, la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada a reporté l’audience d’Abdoul Abdi jusqu’à ce que son appel soit entendu en cour, le 29 mai.

L’avocat Benjamin Perryman soutient que cette décision est très importante pour son client puisqu’elle lui permet de continuer à travailler au Canada en attendant que la décision d’Ottawa de le déporter soit révisée.

Me Perryman croit que la déportation de l’homme de 24 ans violerait les lois internationales et les clauses de la Charte canadienne des droits et libertés concernant la discrimination et les traitements cruels ou inusités.

Abdoul Abdi est arrivé au Canada en tant qu’enfant réfugié, à l’âge de six ans, mais n’a jamais reçu sa citoyenneté canadienne, alors qu’il a grandi dans un foyer d’accueil en Nouvelle-Écosse.

L’Agence des services frontaliers du Canada a récemment détenu M. Abdi après que celui-ci eut purgé cinq ans de prison pour de multiples infractions criminelles, dont des voies de fait graves.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!