Josie Desmarais / Archives Métro

QUÉBEC — Le gouvernement Couillard a confirmé, mardi soir, que les contribuables et usagers du Réseau express métropolitain (REM) allaient payer plus de 11 milliards $ à la Caisse de dépôt sur une vingtaine d’années.

La Presse canadienne avait appris d’une source proche du dossier lundi que les usagers, le gouvernement et les municipalités allaient régler cette note salée, qui tient compte de l’indexation de la tarification et de la hausse de l’achalandage.

Encore mardi à la période de questions en Chambre, le ministre des Finances, Carlos Leitao, avait démenti, puis avait nuancé en disant que ces chiffres n’étaient pas validés.

Mais en débat de fin de séance mardi soir, le ministre des Transports, André Fortin, a confirmé que les redevances versées à la Caisse sur un peu plus de 20 ans allaient s’élever à 8 milliards $ provenant du gouvernement et des municipalités, et 3 milliards $ provenant des usagers du REM, pour un total de 11 milliards $.

En vertu des ententes qui ne sont encore que partiellement divulguées, l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) devra verser une redevance de 0,72 $ par passager/km à la Caisse de dépôt pour chaque usager qui prendra le REM.

Le tiers de ce tarif sera réglé par l’usager par son titre de transport, le reste viendra du gouvernement du Québec, à 85 pour cent, et des municipalités de la région métropolitaine, à 15 pour cent.

Le gouvernement ne s’est toutefois pas engagé au-delà de 2023-2024 en vertu du dernier budget Leitao, ce qui laisse planer l’incertitude pour les villes de banlieue qui s’inquiètent déjà de la tarification, car un mécanisme d’indexation complexe est prévu.

En vertu des projections d’achalandage de la Caisse établies sur une vingtaine d’années, la redevance annuelle versée par l’ARTM à la Caisse pour le REM dépassera les 500 millions $ à compter de 2028 et atteindra plus de 700 millions $ en 2042. Le total sur 20 ans se chiffrera à plus de 11 milliards $, si on indexe à un taux de 2 pour cent par an le tarif de base de 0,72 $ passager /km.

Entre 0,19 $ et 0,24 $ de ce tarif serviront à payer les coûts d’exploitation du REM encourus par la Caisse, tandis que les deux tiers restants serviront à payer les immobilisations et le profit de la Caisse.

La Caisse exige un rendement de 8 pour cent par an sur son investissement de 3 milliards dans ce projet, ce qui correspond à environ 240 millions $ par an.

L’opposition officielle a dénoncé le REM, mardi, comme étant «le seul service de transport en commun au Québec qui sera privatisé».

Le REM est un projet de plus de 6,3 milliards $ financé à moitié par Québec, le fédéral et Hydro-Québec. Il comprend une grande ligne allant de la couronne nord (Deux-Montagnes) à la Montérégie (Brossard) en passant par l’île de Montréal, ainsi que deux segments vers l’ouest de l’île, pour un total de 26 stations.

Le coup d’envoi des travaux a été donné la semaine dernière.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!