JONATHAN HAYWARD JONATHAN HAYWARD / La Presse Canadienne

REGINA — La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a précisé jeudi qu’il était trop tôt pour déterminer les causes du terrible accident qui a décimé une équipe de hockey junior de la Saskatchewan, il y a deux semaines.

Et puisque l’enquête n’est pas conclue, la police fédérale n’a pas voulu indiquer non plus si des accusations criminelles seraient portées dans cette affaire.

Le commissaire adjoint de la GRC Curtis Zablocki a toutefois confirmé jeudi que le semi-remorque se trouvait bien dans l’intersection lorsque l’autocar des Broncos de Humboldt a été impliqué dans la collision. Les enquêteurs tentent maintenant de déterminer pourquoi le poids lourd se trouvait à cet endroit. M. Zablocki a précisé que la chaussée était dégagée et que le soleil brillait, en ce vendredi du 6 avril.

L’autocar transportait l’équipe des Broncos qui se rendait disputer un match éliminatoire à Nipawin, à 200 kilomètres au nord-est de Humboldt. Le bilan de l’accident s’élève à 16 morts — dont 10 joueurs — et 13 blessés, tous des occupants de l’autocar.

Le chauffeur du semi-remorque s’en est tiré indemne; il a été emmené au poste de police après l’accident mais il a été libéré le soir même. Selon M. Zablocki, l’enquête porte notamment sur l’expérience du chauffeur du semi-remorque, la taille de sa cargaison et sa destination.

Le propriétaire de l’entreprise de camionnage de Calgary, Sukhmander Singh, a indiqué que son chauffeur se porte mieux, mais qu’il bénéficie toujours d’un soutien psychologique.

M. Singh attend impatiemment la conclusion de l’enquête, puisque le ministère des Transports de l’Alberta a interdit à son entreprise, Adesh Deol Trucking, d’utiliser son autre camion — une procédure courante après un grave accident, selon le gouvernement.

Mais le commissaire adjoint Zablocki indique que plusieurs questions demeurent, et qu’une enquête de cette ampleur peut durer des semaines, voire des mois. Dans ce genre d’enquête, les experts se penchent sur trois grandes causes possibles: les conditions routières et météorologiques, la mécanique et des facteurs humains.

La GRC a fermé jeudi matin, pour compléter son enquête, le carrefour où a eu lieu le terrible accident. La police a indiqué qu’une équipe de reconstruction de collision doit procéder à de nouveaux tests et analyses à cette funeste intersection, située à environ 330 kilomètres au nord de Regina. Toutes les routes qui mènent à ce croisement étaient fermées jeudi matin, et le lieu commémoratif n’est plus accessible pour l’instant.

Selon M. Zablocki, il n’est pas inhabituel que les enquêteurs reviennent ainsi sur les lieux d’une collision.

Par ailleurs, la campagne de sociofinancement lancée sur la plateforme GoFundMe pour les victimes et les familles a pris fin mercredi soir; elle aura recueilli plus de 15 millions $ en 12 jours, de donateurs de partout dans le monde.

Le chanteur canadien Tom Cochrane a lancé quant à lui une nouvelle version de sa chanson «Big League», dont les profits seront versés au fonds d’aide. Dans cette chanson, sortie en 1988, le père d’un jeune joueur de hockey raconte comment les rêves de son fils ont été anéantis par un camionneur qui roulait du mauvais côté de la route.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!