VANCOUVER – Les opposants au projet d’oléoduc Northern Gateway planifient ce qu’ils espèrent être «le plus important acte de désobéissance civile pacifique contre les sables bitumineux canadiens».

Greenpeace Canada affirme qu’un «sit-in» de grande envergure prévu devant l’Assemblée législative de Colombie-Britannique, à Victoria, le 22 octobre, a déjà reçu l’appui de plus de 80 leaders du monde des affaires, des premières nations, de groupes environnementaux, de syndicats et d’intellectuels de tout le pays.

Selon Greenpeace, on retrouve également, parmi les supporteurs, l’environnementaliste David Suzuki, l’ancien ambassadeur canadien aux Nations unies Stephen Lewis, la présidente du Conseil des Canadiens, Maude Barlow, l’avocat Clayton Ruby, l’auteure Naomi Klein et l’économiste Mark Jaccard.

Mme Barlow affirme que la manifestation vise à démontrer que les tentatives d’émasculer les lois environnementales canadiennes et d’accoler un prix à la côte de Colombie-Britannique ne peuvent aller de l’avant sans que la population ne donne son avis.

L’environnementaliste Tzeporah Berman soutient que les risques de déversements pétroliers entre les gisements de l’Alberta et les côtes de la Colombie-Britannique sont trop grands.

Le «sit-in» vise à profiter de l’élan donné par d’autres événements du même genre tenus en 2011 contre l’oléoduc Keystone XL, dont un à Washington en août et un autre à Ottawa en septembre.

Aussi dans National:

blog comments powered by Disqus