Michael Dwyer / The Associated Press

C’est mardi qu’entrent en vigueur les fermetures temporaires de pêches dans de nouvelles zones du sud du golfe du Saint-Laurent, en raison de la présence confirmée d’au moins une baleine noire de l’Atlantique Nord.

En raison des vents forts prévus, le ministère fédéral des Pêches et Océans a prolongé le délai de fermeture de 24 heures. Les détenteurs de permis devront retirer d’ici mardi à 15h tous leurs engins des zones qui seront fermées.

Ces nouvelles fermetures, et celles déjà annoncées, demeureront en vigueur «jusqu’à avis contraire», précise le ministère.

Les pêcheurs de homards, qui se disent frustrés par les mesures fédérales, n’écartent pas une escalade des moyens de pression. Ils proposent que la pêche soit au moins autorisée dans des zones où les eaux sont peu profondes, le long des côtes, où les baleines ne s’aventurent pas.

Le ministre fédéral, Dominic LeBlanc, a indiqué vendredi qu’il avait offert aux pêcheurs de homards du Nouveau-Brunswick et du Québec une saison de rattrapage de 15 jours, fin septembre. Cette offre serait faite à 62 pêcheurs du Nouveau-Brunswick et à 60 pêcheurs de la péninsule gaspésienne.

Un ministre provincial du Nouveau-Brunswick, Wilfred Roussel, affirme que le gouvernement fédéral a plié devant des sénateurs américains qui ont menacé de décréter un embargo sur les crustacés canadiens si les pêcheurs ne respectent pas des normes de protection de la baleine noire aussi rigoureuses que celles des pêcheurs américains. M. Roussel est député de Shippagan-Lamèque-Miscou, dans la péninsule acadienne.

Les baleines noires de l’Atlantique Nord demeurent l’un des mammifères les plus rares de la planète. Leur taux de mortalité est très élevé depuis quelques années, surtout dans les eaux canadiennes. Ottawa et Washington tentent de s’entendre sur la meilleure marche à suivre pour protéger ces cétacés en voie d’extinction.

Le sénateur américain Angus King (Maine-indépendant) estime que les mesures de protection des Canadiens «doivent s’aligner» sur les efforts déployés par les Américains.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!