HALIFAX – Les ministres provinciaux de la Santé demandent à Ottawa de retarder l’approbation d’une version générique du médicament OxyContin.

David Wilson, le ministre néo-écossais de la Santé, a annoncé jeudi que ses homologues provinciaux et territoriaux s’étaient tous entendus pour réclamer ce délai, le temps que des études supplémentaires soient réalisées sur ce médicament créant une forte dépendance.

Les ministres se rencontrent à Halifax cette semaine, et leur vis-à-vis fédérale, Leona Aglukkaq, devrait les y rejoindre vendredi.

Au dire de la ministre ontarienne Deb Matthews, le médicament contre la douleur — qu’il soit de marque ou sous sa forme générique —, crée une trop forte dépendance, est trop facile à modifier et entraîne des conséquences particulièrement «dévastatrices» dans des communautés autochtones.

Selon Mme Matthews, il existe d’autres possibilités que l’OxyContin disponibles en comprimés qui ne peuvent pas être facilement réduites en poudre ou en liquide à des fins illicites.

Les ministres assistant à la rencontre ont également demandé à Ottawa de consulter les provinces avant de procéder à d’éventuelles compressions budgétaires dans les programmes de santé pour les autochtones et les immigrants.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!