WINNIPEG — Le chef du Parti libéral du Manitoba, Dougald Lamont, offre un quatrième siège à l’Assemblée législative à son parti, ce qui doit lui assurer un statut officiel.

Les électeurs dans la circonscription provinciale de Saint-Boniface, à Winnipeg, étaient appelés aux urnes pour une élection complémentaire, mardi.

M. Lamont l’a emporté, avec un peu plus de 2000 voix, contre 1380 voix pour la candidate du Nouveau Parti démocratique Blandine Tona, qui en était à ses premières armes en politique, selon des résultats quasi complets.

Le siège était vacant depuis le mois de mars, à la suite de la démission de l’ancien premier ministre néo-démocrate Greg Selinger.

M. Selinger l’avait emporté lors des dernières élections avec 42 pour cent des voix, et était député dans cette circonscription pour le NPD depuis 1999.

Les progressistes-conservateurs au pouvoir avaient désigné Mamadou Ka, qui était en voie de terminer quatrième, mardi soir, derrière la candidate du Parti vert Françoise Therrien Vrignon.

Cette élection complémentaire était perçue par certains comme un test de la popularité du chef du NPD, Wab Kinew. Il a hérité l’an dernier d’un parti ayant été chassé du pouvoir et peinant à recueillir un financement important. De récents sondages laissent croire que le NPD a regagné un peu de terrain contre les progressistes-conservateurs, particulièrement à Winnipeg.

Le NPD a remporté une élection complémentaire l’an dernier dans un autre château fort du parti — Point Douglas à Winnipeg —, mais avait obtenu son plus faible pourcentage de voix de son histoire dans cette circonscription.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!