YouTube/Capture d'écran Edgar Fruitier

MONTRÉAL — Le comédien Edgar Fruitier fait face à deux accusations d’attentat à la pudeur contre un mineur, pour des faits qui remonteraient aux années 1970.

C’est l’hebdomadaire de Longueuil, «Le Courrier du Sud», qui a sorti la nouvelle, vendredi.

Selon le mandat d’arrestation, dont La Presse canadienne a pu obtenir copie, M. Fruitier, qui est âgé de 88 ans, aurait attenté à la pudeur d’une personne de sexe masculin entre le 1er juin et le 31 août de l’année 1974 à Eastman, puis entre le 20 mars et le 20 septembre 1976, à Brossard.

La porte-parole du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL), Mélanie Marcil, a indiqué samedi que la victime présumée avait 15 ans lors des faits allégués datant de 1974.

Le mandat d’arrestation a été déposé le 12 juillet, mais la comparution a eu lieu vendredi. Ces allégations n’ont pas subi le test des tribunaux.

La porte-parole du SPAL a tenu à préciser que l’enquête ne portait que sur une seule victime. Toute personne qui aurait des informations sur cette enquête ou qui voudrait rapporter un autre événement est invitée à contacter le 911.

Selon le «Le Courrier du Sud», le comédien n’était pas présent à sa comparution de vendredi, mais il a plaidé non coupable aux deux accusations qui pèsent contre lui.

La procureure de la Couronne, Audrey Mercier-Turgeon, a expliqué à l’hebdomadaire local que le chef d’attentat à la pudeur ne se trouvait plus dans le Code criminel à l’heure actuelle, «mais il s’inscrit dans la branche des infractions à matière sexuelle qui impliquent des personnes mineures.»

La Presse canadienne a tenté sans succès de joindre Me Mercier-Turgeon et Octave Productions, la gérance de M. Fruitier.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!