Jacques Boissinot/La Presse canadienne Jean-Marc Fournier

BÉCANCOUR, Qc – L’opposition libérale à Québec réclame la tenue d’une commission parlementaire sur la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 à Bécancour et demande à la première ministre Pauline Marois de rendre des comptes à la population de la région.

Le chef intérimaire du Parti libéral du Québec (PLQ), Jean-Marc Fournier, a réitéré mardi la position de son parti en faveur de la réfection de Gentilly-2 au sortir d’une rencontre à Bécancour avec le comité d’action stratégique pour Gentilly-2, en compagnie de députés libéraux de la région.

Il a par ailleurs blâmé sévèrement la première ministre Pauline Marois pour son refus de rencontrer la population depuis l’annonce de la fermeture de la centrale, qu’il a qualifiée de «dogmatique». M. Fournier a estimé que les trois semaines d’absence de Mme Marois depuis l’annonce constituent un affront à la population locale.

Il a réclamé qu’une commission parlementaire se penche sur les tenants et aboutissants de cette fermeture, précisant qu’une telle commission devait se tenir dans la région et non pas à distance. Selon M. Fournier, il reste encore trop de questions en suspens pour procéder à la fermeture de la centrale nucléaire sans obtenir les réponses à ces questions.

Il a ajouté qu’un éventuel le plan de diversification de l’économie régionale devrait émaner des citoyens du centre du Québec et de la Mauricie et non «être décidé à partir d’officines à Québec».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!