Chantal Levesque/Métro Eric Martel

MONTRÉAL — Les négociations reprendront mercredi entre Hydro-Québec et la Nation innue à propos du controversé projet éolien Apuiat, sur la Côte-Nord.

Le président-directeur général de la société d’État, Éric Martel, confirme que cette rencontre, avec ceux qu’il qualifie de partenaires de longue date, visera à identifier les pistes de solution pour que ce projet de 200 mégawatts soit structurant et rassembleur.

Les communautés de la Nation innue affirment quant à elles que la réalisation d’Apuiat est une occasion de réconciliation historique entre le gouvernement du Québec, Hydro-Québec et les Innus. Leurs représentants disent vouloir réaliser ce projet pour créer près de 400 emplois sur la Côte-Nord et dans des régions comme la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent, là où les compétences de l’industrie éolienne se concentrent. Seulement une quinzaine de ces emplois demeureraient après la mise en place des installations.

Lundi après-midi, le conseil d’administration d’Hydro-Québec s’est réuni à Montréal afin de faire le point sur les événements mouvementés des derniers jours. Le président du conseil, Michael Penner, a indiqué que le conseil avait signifié son appui à la direction dans sa poursuite d’un dialogue ouvert et constructif avec la nation innue.

Éric Martel a récemment remis en question la pertinence du projet Apuiat, tant sur le plan financier qu’énergétique, affirmant que la société d’État devait déjà composer avec d’importants surplus d’électricité.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, s’est alors rangé derrière M. Martel. Il a dit avoir confiance que même les citoyens de la Côte-Nord, qui vont peut-être se voir privés d’un projet à court terme, vont comprendre qu’on ne peut se permettre 1,5 milliard $ de pertes chez Hydro-Québec pour créer des emplois.

Le communiqué diffusé mardi par les communautés innues stipule que «la soi-disant perte de 1,5 milliard $ demeure inexpliquée par Hydro-Québec». Les Innus ajoutent viser à réaliser Apuiat sans avoir d’impact sur la facture des consommateurs.

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) s’en prend pour sa part directement à l’aspirant premier ministre caquiste.

«L’APNQL croit que tout parti politique qui exclut les Premières Nations de l’économie du Québec fait fausse route, a déclaré le chef Ghislain Picard. La position de la Coalition avenir Québec dans ce projet énergétique, qui est dans la mire de la Nation innue depuis plusieurs années, ne peut donner de meilleures indications sur la place qu’occuperaient les enjeux des Premières Nations sous un gouvernement de la CAQ.»

En entrevue avec La Presse canadienne, Ghislain Picard a laissé entendre que «l’électorat autochtone» aura plus tendance à être favorable aux partis politiques qui veulent les impliquer, que ceux qui s’inscrivent à contre-courant, comme cela semble être le cas pour la Coalition avenir Québec.

Lundi, à Sept-Îles, François Legault a annoncé qu’il n’approuverait pas le projet s’il est élu premier ministre aux élections du 1er octobre prochain.

De son côté, le premier ministre Philippe Couillard a réaffirmé que ce projet de parc éolien était un incontournable. Son ministre des Ressources naturelles, Pierre Moreau, a précisé que le projet pouvait se réaliser sans aucun impact sur les tarifs payés par les Québécois.

Mardi, le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, a dit tenir à la réalisation du plan gouvernemental. Celui qui est aussi ministre responsable de la région de la Côte-Nord rappelle que Port-Cartier avait perdu un projet d’usine de silicium que proposait l’entreprise espagnole FerroAtlantica en décembre 2015. M. Arcand ajoute que puisque la politique énergétique 2030 du gouvernement du Québec ne prévoit aucune construction de barrage, «il faudra avoir d’autres types d’activités».

Avis d’un expert en énergie

Le titulaire de la chaire de gestion du secteur de l’énergie aux HEC Montréal, Pierre-Olivier Pineau, soutient qu’au point de vue énergétique il n’y a pas de pertinence pour ce projet. Le professeur Pineau stipule que le Québec n’a tout simplement pas besoin de cette énergie éolienne actuellement.

«Il faudrait le remettre (le projet) à plus tard et trouver d’autres alternatives pour faire du développement régional, ajoute-t-il. Ce n’est pas forcément en mettant des éoliennes que l’on répond le mieux à ces besoins de développement régional.»

Pierre-Olivier Pineau soutient que ce débat aurait dû avoir lieu il y a longtemps, puisque c’est en 2006 que Québec a fait connaître son intention de produire 4000 mégawatts d’électricité à l’aide du vent. Encore là, il demeure aussi catégorique.

«La réponse aurait dû être non, nous ne voulons pas continuer à faire du développement éolien alors que nous n’en avons pas besoin», a déclaré l’expert.

M. Pineau conclut que l’idée n’est pas de laisser les régions et les Innus en plan. Il dit seulement qu’aucune analyse ne prouve qu’Apuiat soit le meilleur projet.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!