TORONTO – Le premier ministre ontarien Dalton McGuinty a créé la surprise, lundi, en annonçant qu’il avait prorogé le Parlement et qu’il démissionnait en tant que chef du Parti libéral.

M. McGuinty a fait état de ces deux décisions lors d’une réunion d’urgence du caucus libéral après que son gouvernement eut fait face à une deuxième motion de défiance en lien avec l’annulation de la construction de deux centrales électriques, au coût de plusieurs centaines de millions de dollars.

Selon lui, les chances sont particulièrement minces d’obtenir le gel des salaires de 481 000 employés du secteur public dont son gouvernement minoritaire a besoin pour réduire le déficit de 14,4 milliards $ puisque les partis d’opposition y sont opposés. Il a ainsi décidé de suspendre les travaux parlementaires pour favoriser les négociations.

Selon M. McGuinty, la prorogation permettra au gouvernement de découvrir ce que réclament exactement les partis d’opposition pour appuyer le plan libéral.

Après 16 ans comme chef libéral et neuf ans à la tête du gouvernement, et surtout après avoir été mis à mal dans le cadre d’une série de scandales impliquant entre autres des véhicules médicaux aériens, M. McGuinty a également déclaré qu’il était temps d’avoir du sang neuf.

Lors de son discours devant le caucus, le premier ministre sortant a laissé entendre que les libéraux avaient réalisé des erreurs lors de leur passage au gouvernement, mais qu’ils avaient posé les bons gestes dans les grands dossiers de l’éducation, de la santé et de l’environnement.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!