Chantal Lévesque/Métro

MONTRÉAL — Les employés d’entretien de la Société de transport de Montréal (STM) devront repousser le début de leur grève des heures supplémentaires, ordre du Tribunal administratif du travail.

Le Tribunal leur avait donné jusqu’à minuit pour accepter de modifier leur liste de services essentiels conformément à ses recommandations, mais l’organisme n’avait reçu aucune réponse du syndicat à l’échéance.

Dans un communiqué publié vendredi soir, le Tribunal dit avoir jugé «insuffisants» les services essentiels que le syndicat représentant les employés d’entretien prévoyait assurer durant la grève, qui doit s’amorcer samedi à 0 h 01 et se terminer le 16 septembre à 23 h 59.

Durant cette période, les syndiqués ont l’intention de refuser d’effectuer des tâches en dehors de leurs 40 heures de travail hebdomadaires.

Le Tribunal a notamment suggéré au syndicat de fournir à la STM les heures de travail supplémentaires requises pour garantir à la clientèle les services de transport habituels aux heures de pointe.

Les syndiqués avaient jusqu’à 23 h 59 vendredi pour se conformer aux demandes du Tribunal. Ne l’ayant pas fait, ils doivent reporter leur grève jusqu’à ce qu’ils aient informé le Tribunal de ce qu’ils comptaient faire des recommandations.

Plus tôt cette semaine, la STM avait prévenu que les conséquences de ces nouveaux moyens de pression se feraient principalement sentir sur le réseau d’autobus, les usagers pouvant s’attendre notamment à «des coupures de passages sur certaines lignes».

Mercredi, la STM avait demandé l’intervention d’un médiateur du gouvernement afin de dénouer l’impasse dans le conflit de travail.

Dans un communiqué publié à la fin mai, le syndicat alléguait que l’employeur cherchait «à faire reculer les conditions de travail sur tous les plans». Les travailleurs s’étaient d’ailleurs dotés d’un mandat de grève générale illimitée par un vote favorable à 98 pour cent.

Au coeur de l’impasse se trouvent les enjeux des heures supplémentaires et de la sous-traitance au privé de tâches actuellement effectuées à l’interne. Le syndicat reproche à la STM de vouloir «déplacer des travailleurs sur des horaires de travail atypiques et de privatiser les emplois». Il réclame plutôt de nouvelles embauches pour aider les employés surchargés.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!