QUÉBEC — La PDG du CHU de Québec, Gertrude Bourdon, est une femme que tous les partis politiques s’arrachent.

Tout comme la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral du Québec (PLQ), le Parti québécois (PQ) a aussi tenté de recruter celle dont on dit qu’elle a la trempe pour devenir ministre de la Santé.

En conférence de presse mardi, le chef du PQ, Jean-François Lisée, a dit avoir confié à la députée de Taschereau, Agnès Maltais, au cours de la dernière année, le mandat de tenter de recruter Mme Bourdon dans l’équipe de candidats péquistes.

«C’étaient des contacts préliminaires», s’est-il empressé d’ajouter, en disant que l’entreprise de séduction n’avait pas eu de suite quand Diane Lavallée, une autre gestionnaire du réseau de la santé, et ex-candidate péquiste, s’était montrée intéressée à faire partie de l’équipe.

Mme Lavallée est la candidate du PQ dans Taschereau.

Samedi dernier, on apprenait que Mme Bourdon, après plusieurs rencontres avec la direction de la CAQ, avait finalement signifié au chef du parti, François Legault, qu’elle ne serait pas candidate de la CAQ.

M. Legault, se montrant fort surpris de son désistement de dernière minute, la voyait déjà ministre de la Santé dans son cabinet. On lui avait réservé la circonscription de Charlesbourg, représentée par le ministre François Blais.

Les libéraux se sont eux aussi montrés intéressés par la patronne du CHU de Québec, une infirmière de formation âgée de 63 ans, et n’ont toujours pas renoncé, à quelques jours du déclenchement de la campagne électorale.

Lundi, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui a tenté personnellement de convaincre Mme Bourdon de joindre les rangs du PLQ, n’avait pas caché sa satisfaction de la voir faire faux bond à la CAQ.

«On a une administratrice très chevronnée dans le réseau de la santé, que j’apprécie moi-même, que j’ai connue depuis des années et qui dit non au programme de la CAQ», avait déclaré M. Barrette.

De son côté, le premier ministre Philippe Couillard a confirmé au cours des derniers jours son intérêt pour la patronne du CHU de Québec.

«Je ne sais pas ce qu’elle va décider, mais on est ouverts, on est toujours intéressés», a-t-il dit à propos de son éventuelle candidature.

Pendant ce temps, Mme Bourdon, véritable coqueluche des partis politiques, refuse toutes les demandes d’entrevue. On ne connaît donc pas sa version des faits ni ses intentions.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!