JÉRUSALEM – La famille d’un ancien député du Nouveau Parti démocratique (NPD) ayant été arrêté à bord d’un bateau qui tentait de se rendre dans la bande de Gaza malgré le blocus israélien demande au gouvernement fédéral d’intervenir pour obtenir sa libération.

Jim Manly, qui est aussi un pasteur de l’Église Unie, voyageait en compagnie de plusieurs députés européens et militants pro-Palestine lorsqu’il a été arrêté par les autorités israéliennes ce week-end.

L’homme de 79 ans se trouvait sur un navire finlandais afin d’attirer l’attention du public sur les conditions de vie des Palestiniens qui résident à Gaza.

Les proches de M. Manly réclament l’aide d’Ottawa pour qu’il soit relâché.

Son fils, Paul Manly, a indiqué que son père devrait avoir la permission de téléphoner à sa famille et ne devrait pas être forcé de signer des aveux quels qu’ils soient.

Le vaisseau faisait route vers la bande de Gaza afin d’y livrer des provisions et d’autres fournitures lorsqu’il a été intercepté et escorté jusqu’à un port d’Israël.

«Mon père doit être libéré immédiatement et monter dans le premier avion en direction du Canada», a soutenu Paul Manly.

Un porte-parole du ministère israélien de l’Intérieur a annoncé que les activistes seraient interrogés puis déportés vers leur pays d’origine d’ici 72 heures.

Israël a imposé un embargo contre la bande de Gaza après que le Hamas, une organisation islamiste, eut pris le contrôle du territoire en 2007.

L’État hébreu affirme que cette mesure est nécessaire pour empêcher que des armes soient fournies clandestinement aux Palestiniens. Mais les opposants au blocus soutiennent qu’il fait partie des punitions infligées par Israël aux résidants de la bande de Gaza.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!