OTTAWA — Deux jours après son arrivée, Julie Miville-Dechêne a choisi son camp au Sénat: elle joint le groupe des sénateurs indépendants, qui s’était rangé du côté du Québec lors du débat entourant la culture du cannabis à domicile.

L’ex-journaliste et ex-présidente du Conseil du statut de la femme a été assermentée au Sénat mardi.

Les sénateurs indépendants avaient soutenu en juin un amendement au projet de loi sur la légalisation du cannabis pour reconnaître le droit des provinces comme le Québec d’interdire la culture à domicile même si Ottawa autorise quatre plants par habitation.

Le gouvernement Trudeau avait opposé une fin de non-recevoir à l’amendement adopté par le Sénat, ouvrant la porte à des contestations de la loi québécoise après la légalisation prévue le 17 octobre.

La nomination de sénateurs indépendants a été établie par le premier ministre Justin Trudeau. Cette nouvelle indépendance sénatoriale a mené depuis à quelques batailles politiques sur la légalisation de la marijuana, l’aide médicale à mourir et la mise en oeuvre du budget fédéral. Historiquement, les sénateurs avaient la même affiliation politique que le gouvernement qui les nommait.

Le groupe des sénateurs indépendants, qui est majoritaire au Sénat, compte maintenant 46 sénateurs. Le Parti conservateur en compte 31 et le Parti libéral, 11. Sept sénateurs n’ont pas d’affiliation politique et dix sièges sont vacants. Tous les sièges du Québec sont comblés.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!