Même si les chefs politiques ont observé une brève trêve au lendemain du passage d’une tornade dévastatrice à Gatineau, la campagne électorale n’avait pas perdu tous ses droits en cette 31e journée, samedi.

Deux par deux, Philippe Couillard et Jean-François Lisée, le matin, François Legault et Manon Massé, en après-midi, se sont rendus sur place pour rencontrer le maire de la ville, constater les dégâts et rencontrer des sinistrés.

Ils ont tous pu observer l’ampleur des dommages dans les quartiers frappés par les vents violents.

«C’est comme si la vie s’était arrêtée, a commenté M. Couillard en regardant un édifice dont le toit avait été violemment arraché. C’est miraculeux que les gens soient sortis de là vivants.»

Même son de cloche chez M. Lisée qui a aussi salué la solidarité des Gatinois: «Comme l’a dit le premier ministre, c’est extraordinaire qu’il n’y ait aucune perte de vies, a souligné le chef péquiste. On a été chanceux dans notre malchance, mais il faut accompagner ces gens-là, qui sont de milieux modestes et qui ont tout perdu.»

Changements climatiques

La tornade a permis de réintégrer au coeur des débats un sujet qui a été plutôt évacué de la campagne jusqu’à présent: les changements climatiques.

Chacun de leur côté, les chefs ont dû défendre les positions de leur parti sur ce sujet, ou même, dans le cas du chef caquiste, François Legault, certains de ses candidats plus frileux sur ces questions comme Éric Girard ou Youri Chassin.

M. Couillard a estimé que si le désastre naturel qui a frappé Gatineau rend le débat sur l’environnement «plus concret», il ne fait pas soudainement du climat un enjeu plus important en campagne électorale. «Il est un enjeu pour la société de toute façon», a souligné le chef libéral.

M. Lisée a rappelé que le PQ avait déjà fait deux annonces sur l’environnement lors de cette campagne, mais il promet d’y consacrer deux autres journées d’ici la fin de la campagne.

Quant à Manon Massé, elle a souligné que pour Québec solidaire, la lutte aux changements climatiques «devrait être l’enjeu de cette campagne-ci».

La réalité politique

Malgré Gatineau, les principaux acteurs n’avaient pas renoncé à l’ensemble de leurs activités électorales.

Ainsi, en matinée, M. Legault a rencontré des maires de la couronne nord de Montréal pour parler de transport régional à Laval et dans les Basses-Laurentides.

Ainsi, en matinée, le coporte-parole de Québec solidaire, Gabriel-Nadeau Dubois, a présenté des engagements de son parti en matière de droit du travail.

Ainsi, en fin d’après-midi, M. Couillard a répondu aux journalistes avant de participer à une activité avec des jeunes.

Et en soirée, M. Lisée participait à un rassemblement militant à Montréal.

Le champ libre à QS

Par ailleurs, M. Lisée a fait un mea culpa sur le prétendu champ libre laissé à Québec solidaire par l’ensemble de la classe politique et des médias au cours de cette campagne.

La veille, le chef péquiste avait déploré que la formation politique de gauche n’ait pas eu à se livrer à une reddition de comptes comme les trois autres partis, questionnés sans relâche lors des points de presse quotidiens.

Il a toutefois pris la peine d’ajouter qu’il avait constaté que les médias semblent vouloir «corriger le tir» depuis les derniers jours.

«La presse s’intéresse de plus en plus, avec un oeil critique, nouveau, aux propositions de QS, au fonctionnement de QS. Donc peut-être qu’on va avoir un oeil aussi critique sur eux que sur les autres partis et c’est bon pour la démocratie».

Burn-out

Parlant de Québec solidaire, son co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois a dévoilé son plan pour enrayer ce que la formation désigne comme le «fléau» de l’épuisement professionnel.

Québec solidaire prône une révision des normes du travail pour notamment y inclure plus de vacances, plus de congés maladie payés et le droit de refuser des heures supplémentaires.

La formation propose de créer deux nouveaux jours fériés, soit le 8 mars et le 1er mai, pour souligner du même coup l’importance de la Journée internationale des droits des femmes et de la fête des Travailleurs.

Sur le plan de la conciliation travail-famille, Québec solidaire veut accorder aux travailleurs le droit de refuser des heures supplémentaires et de connaître leur horaire au moins une semaine d’avance.

SAQ

S’il ferme la porte à une privatisation de la Société des alcools du Québec (SAQ), M. Couillard souhaite libéraliser davantage le commerce des boissons alcooliques au moment où un rapport prévient qu’un changement au statu quo serait risqué.

Toutefois, Philippe Couillard a estimé samedi que sa position n’était pas contradictoire avec les conclusions du rapport commandé par Québec au printemps et rendu public vendredi après-midi.

«Par exemple, certains produits de niche spécifiques importés par les agences pourraient être offerts chez un détaillant privé, ce qui est un pourcentage microscopique des ventes de la SAQ», a-t-il expliqué.

Réitérant son opposition à la privatisation de la SAQ, le chef libéral a expliqué qu’il ne voyait pas d’inconvénients à la vente de produits spécifiques dans le secteur privé, évoquant le nombre grandissant de microbrasseries et de distillateurs — dont les produits ne se rendent pas tous sur les tablettes des succursales de la société d’État.

«Il y a des produits qu’on ne trouve pas à la SAQ comme des produits québécois, a dit M. Couillard. Il y a plus de distillateurs, de plus en plus de microbrasseries et de vignobles. Est-ce que ce marché, cette niche, pourrait être une option?»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!