TORONTO — Le plus grand hôpital de santé mentale du pays a présenté ses excuses à l’un de ses anciens employés et a consenti à lui verser plus d’un demi-million de dollars après avoir publié un rapport décrivant de manière erronée les interactions du psychologue avec ses patients.

Dans un communiqué, le centre sur la toxicomanie et la santé mentale (CAMH) de Toronto reconnaît la présence d’erreurs dans une enquête externe menée sur sa clinique spécialisée dans l’identité de genre en 2015, qui décrivait aussi les pratiques du psychologue Kenneth Zucker, le directeur de l’époque.

Le CAMH a précisé que l’enquête ne visait pas à examiner le comportement et les pratiques du Dr Zucker et que le rapport avait, entre autres erreurs, indiqué à tort que le psychologue avait traité l’un de ses patients de «petite vermine poilue».

Selon le CAMH, le rapport a été rendu public sans que le Dr Zucker ait pu le lire et le commenter.

L’hôpital versera 586 000 $ au psychologue en dommages-intérêts, frais judiciaires et intérêts.

L’enquête avait été lancée après que la clinique eut été accusée de pratiquer la thérapie de conversion sur ses jeunes patients transgenres.

Le CAMH avait annoncé la fermeture progressive de sa clinique à la fin de 2015 à la suite des conclusions de l’enquête selon lesquelles la clinique se concentrait sur des évaluations et des traitements intensifs alors que la pratique actuelle privilégie plutôt une approche basée sur l’attente vigilante ainsi que sur l’éducation et le soutien aux parents afin qu’ils acceptent l’identité de genre de leur enfant.

Le centre a dit ne pas regretter sa décision de fermer la clinique.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!