Jacques Boissinot Lise Theriault. Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

QUÉBEC – Les libéraux ont mis en doute jeudi l’intégrité d’un ancien collaborateur de l’ex-maire Gérald Tremblay recruté par le gouvernement péquiste pour les dossiers de la métropole.

La députée Lise Thériault a exigé des vérifications à propos de la gestion de contrats publics effectuée par André Lavallée, au moment où il faisait partie de l’administration municipale montréalaise.

À titre de membre du comité exécutif, M. Lavallée a autorisé des contrats décrits comme truqués devant la Commission Charbonneau sur la construction, a-t-elle évoqué à l’Assemblée nationale.

«Dans le procès-verbal du comité exécutif du 22 septembre 2009, M. Lavallée, comme membre du comité, a appuyé et autorisé un contrat de plus de 7 millions $ à Infrabec, contrat truqué», a lancé la porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éthique.

En examinant les procès-verbaux de l’année 2009, la députée a également relevé que M. Lavallée avait «appuyé et autorisé» un contrat truqué de 2,9 millions $ à Construction Frank Catania.

Plus encore, a relaté Mme Thériault, M. Lavallée a autorisé des dépassements de coûts réclamés par une entreprise identifiée à la mafia, TGA Montréal, alors qu’il assumait la fonction de maire de l’arrondissement de Rosemont – La Petite Patrie.

«Il a participé à des décisions pour octroyer des contrats à des gens qui faisaient partie d’un cartel et des compagnies qui sont liées à la mafia montréalaise. Ça mérite des réponses aux questions», a-t-elle soutenu.

Prompt à désavouer l’ex-maire de Montréal, Gérald Tremblay, le gouvernement Marois fait montre de beaucoup de plus de tolérance envers ses alliés politiques, a fait valoir la députée.

«Ce qui me dérange aujourd’hui, c’est qu’on ait deux poids, deux mesures, parce que M. Tremblay est un libéral; M. Lavallée est un péquiste notoire», a-t-elle déclaré.

M. Lavallée a été nommé secrétaire général associé à la région métropolitaine au ministère du Conseil exécutif par le conseil des ministres en septembre dernier.

En point de presse, le ministre responsable de la métropole, Jean-François Lisée, a défendu l’intégrité de son collaborateur, se disant satisfait des réponses qu’il lui a fournies.

«Je lui ai demandé s’il avait connaissance d’irrégularités, sa réponse fut non. En ensuite je lui ai demandé de se mettre à la disposition de la Commission (Charbonneau) immédiatement, ce qu’il a fait. Pour moi, ça me suffit», a-t-il dit.

Dans ce dossier comme en toutes circonstances, il faut présumer de la bonne foi, a indiqué le ministre.

«Il y a des gens qui ont oeuvré au sein des administrations municipales avec talent et compétence et, sans aucune raison liée à leur comportement, ont été associés à des décisions administratives régulières avec des gens qui sont maintenant accusés ou sous le coup d’une enquête. Alors j’appelle à la réserve et à la présomption d’innocence», a-t-il argué.

Aussi, M. Lisée a rejeté du revers de la main l’argument du «deux poids deux mesures» dont aurait été victime l’ex-maire Tremblay.

À titre personnel, M. Tremblay jouit du bénéfice du doute, mais sur le plan politique, il était à la croisée des chemins, a rappelé le ministre.

«Même si je donne le bénéfice du doute à M. Gérald Tremblay et à son intégrité personnelle, il y a une responsabilité politique d’avoir dirigé une administration et un parti qui montrent des signes d’irrégularités», a justifié M. Lisée.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!