Getty Images/iStockphoto

TORONTO — Les producteurs canadiens de bière trinquent à la décision du gouvernement fédéral d’exempter de tarifs douaniers la plupart des cannettes de bière importées des États-Unis.

Le gouvernement canadien avait notamment imposé en juillet dernier des droits de douane sur les importations de cannettes américaines pour riposter contre l’imposition par l’administration de Donald Trump de tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium canadiens.

Ottawa a finalement annoncé, la semaine dernière, que plusieurs produits en métal américains seraient exemptés des droits de douane en raison d’une pénurie d’approvisionnement, d’obligations contractuelles ou de toute autre situation susceptible d’avoir de graves répercussions sur l’économie canadienne.

Bière Canada, l’association qui défend les intérêts des brasseurs canadiens, affirme que «l’allégement tarifaire sur les cannettes de bière élimine un gros problème pour les brasseurs locaux, et reconnaît le fait que les taxes sur la bière sont déjà trop élevées».

L’association estimait que les droits de douane de 10 pour cent imposés par le Canada sur les importations de cannettes d’aluminium américaines, équivalant au montant imposé par les États-Unis sur les exportations canadiennes, représentaient des coûts supplémentaires de 10,5 millions $ par année pour les brasseurs canadiens.

Bière Canada affirme que l’allégement tarifaire est particulièrement important pour la grande cannette de 473 millilitres, populaire chez certains petits brasseurs. L’année dernière, les brasseries canadiennes ont importé des États-Unis près d’un demi-milliard de ces grandes cannettes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!