HO HO / La Presse Canadienne

HALIFAX — Le ministre fédéral des Pêches a rencontré mardi des pêcheurs, des représentants de l’industrie et des spécialistes de la vie marine afin de discuter de l’impact des restrictions mises en place pour protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord et de déterminer si elles seront nécessaires pour les prochaines saisons de pêche.

Jonathan Wilkinson a rencontré des dizaines d’intervenants dans un hôtel de Dartmouth pour discuter des mesures mises en place au début de l’année dans le but de protéger les mammifères marins contre l’enchevêtrement dans l’équipement de pêche et les collisions avec des navires — leurs plus grandes menaces.

M. Wilkinson a déclaré au groupe que, grâce aux mesures mises en place dans le golfe du Saint-Laurent, pas une baleine n’est morte cet été après avoir été frappée par un navire ou s’être prise dans une ligne de pêche.

Il a toutefois dit comprendre que les nombreuses fermetures de pêcheries avaient un coût économique pour ceux qui gagnent leur vie grâce aux riches zones de pêche du golfe.

Les mesures ont été introduites après la mort de 17 baleines noires l’année dernière — dont 12 dans les eaux canadiennes —, laissant craindre que la population soit sur le point de disparaître.

Des zones de pêche ont été fermées dans le golfe du Saint-Laurent, les limites de vitesse ont été réduites pour les navires et le ministère a renforcé la surveillance de la zone pour protéger les baleines.

M. Wilkinson a déclaré qu’il souhaitait avoir l’avis des parties prenantes sur la manière de «trouver un équilibre vital» pour garantir la protection des animaux en danger d’extinction, tout en maintenant l’industrie.

Les participants à la réunion comprenaient des pêcheurs de crabes et de homards, des syndicats de pêcheurs, des pêcheurs des Premières nations, des ministères provinciaux des Pêches, ainsi que des chercheurs de l’Université Dalhousie et de la Fédération canadienne de la faune.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!