EDMONTON – Des documents montrent que la soeur de la première ministre albertaine Alison Redford aurait profité de ses fonctions au sein d’une agence de la santé pour assister et tenir des événements partisans du Parti progressiste-conservateur aux frais des contribuables.

Des dépenses auraient été faites pour de l’alcool, des déplacements, des chambres d’hôtel, des fleurs et du chasse-moustique.

En dévoilant les documents, lundi, la chef du parti d’opposition Wildrose, Danielle Smith, a affirmé qu’une enquête plus large était nécessaire puisque Lynn Redford et d’autres administrateurs ayant apposé leur signature pour ces dépenses font encore partie du superconseil de la santé en Alberta.

Elle a soutenu en conférence de presse que ces personnes avaient fait preuve d’un manque de jugement, et qu’elles devaient rendre des comptes.

Danielle Smith a affirmé que l’affaire faisait le pont entre les deux scandales de responsables de la santé ayant abusé de leur budget de dépenses — comme le directeur financier régional de la santé à Edmonton, Allaudin Merali — et des institutions publiques accordant des subventions gouvernementales et gérant de l’argent pour le Parti progressiste-conservateur.

Elle a dit croire à un problème important de «dons à un parti provenant de l’argent des contribuables».

Invitée à l’émission politique «Power Play» sur CTV, Alison Redford a fait valoir que les accusations remontaient à l’ère de Ralph Klein, alors qu’elle ne siégeait même pas encore à l’assemblée législative.

Elle a laissé entendre que ces critiques consistent en quelques allégations sur lesquelles la lumière sera faite dans les prochains jours.

La première ministre a aussi dit faire confiance à sa soeur.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!