Jacques Boissinot/La Presse canadienne Lionel Carmant

Au lendemain du dépôt du projet de loi haussant l’âge légal pour consommer du cannabis à 21 ans, le ministre délégué à la Santé ,Lionel Carmant, est allé plus loin, suggérant que l’âge minimal pour boire de l’alcool et fumer du tabac pourrait aussi être augmenté.

«Si l’alcool était légalisé aujourd’hui, avec toute la science que nous avons actuellement, je ne suis pas sûr que 18 ans serait un bon choix», a déclaré en anglais M. Carmant sur les ondes de CBC jeudi matin. Une affirmation qu’il a réitéré en français au micro de Radio-Canada.

«C’est un débat que nous devrions avoir, même chose avec le tabac», a-t-il ajouté en anglais.

Son affirmation controversée a rebondi à l’Assemblée nationale, où il s’est ravisé devant les journalistes. «Je ne crois pas qu’on va faire un débat maintenant là-dessus. Je ne dis pas que c’est quelque chose qui aurait été préférable, je dis que c’est quelque chose qui aurait pu être considéré [à l’époque]», s’est défendu M. Carmant.

«Aucune preuve scientifique»
Lionel Carmant a répété ad nauseam que l’objectif de son gouvernement est «d’envoyer un message fort». «Ce qui nous préoccupe, c’est ce que des adolescents consomment.»

Toutefois, lorsque questionné sur quelles données scientifiques le gouvernement s’appuie pour légiférer sur la consommation de cannabis, Lionel Carmant a avoué candidement qu’il n’y en a pas. «Nous n’avons aucune preuve scientifique, évidemment, a-t-il déclaré. Je soulève l’hypothèse que jusqu’à présent, les jeunes n’avaient pas quitté le marché illicite pour aller vers la SQDC [Société québécoise du cannabis].»

Le «message» de la Coalition Avenir Québec (CAQ) ne plaît pas à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, surtout en ce qui à trait à l’interdiction de consommer dans les lieux publics. «Le message, c’est que le cannabis est légal, mais que vous ne pouvez pas fumer chez vous et dans les lieux publics», a-t-elle souligné mercredi, ajoutant que le projet de loi «va à l’encontre du principe de l’autonomie des villes».

M. Carmant a répondu jeudi que la loi est appliquée de manière uniforme dans l’ensemble de la province pour des raisons de simplicité. «Ça va faciliter l’applicabilité de la loi. Maintenant, c’est la même loi partout [au Québec]», a-t-il mentionné.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!