OTTAWA – Le statut de l’Ontario en tant que moteur économique du pays a connu un déclin constant lors des 10 dernières années et on peut pointer du doigt le secteur manufacturier pour ce déclin, selon de nouvelles informations.

Alors que les partis provinciaux d’opposition ont cherché à utiliser les données de Statistique Canada comme preuve de la mauvaise performance économique de la province sous le règne des libéraux, le ministère du Développement économique a répliqué avec d’autres chiffres, démontrant cette fois que le secteur manufacturier avait repris du poil de la bête dans la province.

Le plus récent rapport de Statistique Canada sur l’emploi, la rémunération et les heures de travail, publié mercredi, démontre qu’environ deux tiers des 52 500 pertes d’emploi à travers le pays en septembre ont eu lieu en Ontario.

C’est toutefois l’analyse sur les performances de la province la plus populeuse du pays au cours des 10 dernières années qui démontre le mieux les problèmes de l’Ontario.

Elle démontre que la part ontarienne des employés au pays a glissé à 38 pour cent aujourd’hui, comparativement à 39,2 pour cent en 2003. En septembre, on comptait 5,8 millions de travailleurs salariés en Ontario.

Ce déclin relatif peut s’expliquer par ce qui s’est produit dans le secteur manufacturier.

Statistique Canada a évalué qu’environ 255 000 Ontariens ont perdu leur emploi au cours des 10 dernières années dans ce secteur. Le nombre d’employés dans le secteur manufacturier serait donc passé de 908 900 en janvier 2003, à 654 200 en septembre 2012.

Au cours de cette même période, le produit intérieur brut de la province a chuté de manière plus importante par rapport au PIB national. Il est passé de 41,4 pour cent en 2002, à 37,1 pour cent l’année dernière.

Dans les deux cas, l’Alberta et la Saskatchewan ont été les deux provinces en ayant profité le plus.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!