Dieu Nalio Chery Dieu Nalio Chery / The Associated Press

MONTREAL – L’ancienne gouverneure générale, Michaëlle Jean, espère que la décision de l’Agence canadienne de développement international de geler les fonds destinés aux nouveaux projets en Haïti ne sera que temporaire.

En entrevue avec La Presse Canadienne, vendredi, l’envoyée extraordinaire pour l’UNESCO en Haïti s’inquiète des conséquences de cette décision. Elle espère que ces fonds seront gelés le temps de penser à une nouvelle approche.

Elle reconnaît que les pays donateurs doivent repenser à la manière de distribuer l’argent en Haïti afin d’assurer le succès du processus de reconstruction à long-terme.

Mme Jean aimerait que des pays comme le Canada continuent d’aider Haïti à renforcer son gouvernement affaibli qui a perdu près de 30 pour cent de ses fonctionnaires et tous ses bâtiments sauf un, lors du tremblement de terre de janvier 2010.

Dans son édition de vendredi, le quotidien La Presse rapportait que le ministre de la Coopération internationale, Julian Fantino, se disait déçu de l’absence de progrès en Haïti au cours de sa visite dans le pays au mois de novembre.

M. Fantino a également comparé le mauvais état d’Haïti aux meilleures conditions qui règnent en République Dominicaine, son pays voisin sur l’île d’Hispaniola.

Il a fait remarquer que les rues étaient envahies de déchets lors de sa récente visite. Il se demande comment un pays qui compte autant chômeurs n’a toujours pas trouvé le moyen d’instaurer un système de collecte d’ordures.

Mme Jean soutient qu’il est très blessant pour les Haïtiens d’entendre des commentaires comme ceux-ci sur la condition de leur pays.

Depuis 2006, le Canada a versé environ un milliard de dollars pour le développement en Haïti, ce qui en fait un des pays donateurs le plus généreux.

Aussi dans National:

blog comments powered by Disqus