MONTRÉAL – La douzaine d’épaulards qui étaient prisonniers des glaces dans la baie d’Hudson, au Québec, semblent avoir été tirés de leur fâcheuse position par la nature, selon ce qu’a permis de confirmer une vérification aérienne du village d’Inukjuak.

Selon des chasseurs qui se sont rendus sur place jeudi, le mouvement des glaces aurait permis d’ouvrir une voie de passage, permettant aux épaulards de retourner à l’eau libre.

Toutefois pour être sûrs que les baleines ne s’étaient pas piégées plus loin, les autorités du village ont requis les services d’un avion qui a survolé la région sans apercevoir la présence d’épaulards coincés. Un espace libre à la surface de l’eau signifie qu’ils pourraient s’être frayés un chemin vers le détroit d’Hudson, a indiqué Mark O’Connor, directeur de la gestion de la faune au Nunavik Marine Region Wildlife Board (NMRWB), tout en indiquant qu’on ne le saurait sans doute jamais.

Les mammifères marins étaient piégés depuis au moins deux jours dans un trou à peine plus grand qu’une camionnette, et se bousculaient pour tenter d’y prendre des bouffées d’air.

La situation précaire dans laquelle se trouvaient les épaulards, aussi appelés orques, a défrayé la manchette autour du monde au cours des dernières heures.

Les habitants du village s’étaient mobilisés pour lancer une opération de sauvetage afin de gagner du temps pour les épaulards, qui auraient éventuellement succombé s’ils étaient demeurés dans cette situation.

C’est un changement dans la direction des vents qui aurait finalement éloigné les glaces de la rive, permettant aux orques de regagner l’eau libre.

Le maire de la municipalité, Peter Inukpuk, avait exhorté mercredi Pêches et Océans Canada de dépêcher sur place un brise-glace le plus rapidement possible, afin de sortir les orques de ce mauvais pas. M. Inukpuk soutient qu’on lui a signalé qu’il était impossible d’accéder à cette requête puisque le lieu était trop isolé et qu’aucun brise-glace n’était disponible.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!