Getty Images Un ancien infiltrateur croit que le procès des Hells pourrait échouer au Québec. Pas moins de 31 des 155 Hells arrêtés par le Sûreté du Québec en avril 2009 ont déjà été libérés.

Après avoir raconté son boulot d’infiltrateur de groupes criminels, avoir décortiqué l’ascension sanglante des Bandidos, Alex Caine décrypte dans son plus récent livre la rivalité entre deux groupes de motards: les Hells Angels et les Outlaws. Entrevue en quatre tours de roue.

Qui est-il?
Alex Caine se présente comme un spécialiste de l’infiltration qui aurait travaillé pour la GRC, le FBI, la DEA et plusieurs autres corps policiers. Il aurait infiltré la mafia chinoise, les Bandidos, des mafiosi russes et même le Ku Klux Klan. À ceux qui pensent que, si sa tête était vraiment mise à prix, il ne serait pas aussi visible, il répond: «Les plus haut placés ont accepté le fait que je faisais ma job. Ce sont les plus jeunes et les plus psychopathes qui ne le prennent pas.»

Une justice trop lente?
Le Canada n’est pas prêt pour les méga-procès de motards. Après avoir échoué en Ontario il y a six ans, la justice pourrait de nouveau manquer sa cible au Québec, croit l’ancien infiltrateur Alex Caine, qui publie ces jours-ci Charlie contre les Hells, son troisième livre. Pour s’expliquer, Alex Caine cite l’exemple du démantèlement des Outlaws, les ennemis jurés des Hells, grâce à l’énorme preuve accumulée par un infiltrateur nommé BK. Alors qu’aux États-Unis, les Outlaws ont été jugés dans les mois suivant leur arrestation en septembre 2002 et croupissent encore en prison, au Canada ils sont déjà dehors.

Officiellement, le procès a été abandonné parce qu’une des procureures de la Couronne aurait rencontré le juge sans que la défense soit représentée. Mais selon Alex Caine, c’est surtout parce que le travail de police de l’infiltrateur ne s’est pas fait dans les règles de l’art. «Le procès aurait été un désastre d’une manière ou d’une autre», note celui qui a plusieurs suggestions pour qu’une telle mésaventure ne se produise pas au Québec.

Ce qui pourrait bien arriver, puisque 31 des 155 Hells arrêtés par le Sûreté du Québec en avril 2009 ont déjà été libérés. Le Juge Brunton a estimé en 2011 qu’ils ne pourraient pas avoir un procès juste et équitable dans les délais impartis. «Les avocats de la défense font de l’obstruction judiciaire afin d’obtenir une annulation des procédures pour non respect des délais», selon M. Caine. Selon lui, les demandes des avocats devraient être traitées à part sans que cela ne freine le procès. Ce dernier a déjà coûté près de 9 M$ en frais d’avocats, alors que la majeure partie n’est pas encore entamée.

Alex Caine suggère aussi qu’une escouade mixte soit mise en place. «On aurait avantage à mettre en commun les connaissances qu’ont les gardiens de prison à propos des motards avec celles des policiers et des procureurs», croit-il.

Hells et convergence
Côté convergence, les Hells Angels n’ont rien à envier aux empires médiatiques. «À Vancouver, ils possèdent une des sociétés de camions qui fait affaire avec la société de production Lion’s Gate. Ils ont donc accès aux caméras le soir avant le tournage pour pouvoir tourner les films pornos qui alimentent les sites internet qu’ils contrôlent», explique Alex Caine. C’est avec ces sites qu’ils collectent les numéros de carte de crédit des utilisateurs avides de pornographie. «Ils vont ensuite échanger une liste de numéros de cartes de crédit avec une autre liste d’un groupe de Hells en Allemagne, par exemple.» Et c’est notamment grâce à ces cartes volées que le propriétaire de magasin Harley-Davidson à Vancouver, un Hells connu, achète sur l’internet les produits qu’il revend ensuite dans sa boutique, indique M. Caine.

Des geeks utiles
Si les Hells Angels rechignent à sous-traiter certaines de leurs activités à des «non motards», ce qui rendait leur infiltration plus difficile, ce n’était pas les cas des Outlaws. Ces derniers n’ont pas hésité à payer des bollés, note Alex Caine. Ils ont mis au point une tactique toute simple pour éviter que la police n’intercepte leurs courriels: ne jamais les envoyer! Les membres avaient accès au même compte Yahoo! et lisaient les courriels placés dans la section Brouillon pour s’échanger des informations.

Charlie contre les Hells,
aux Éditions de l’Homme

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus