Sean Kilpatrick Stephen Harper.

LIMA, Pérou – Les sociétés minières canadiennes espèrent que la visite au Pérou du premier ministre Stephen Harper mènera à une meilleure utilisation des milliards de dollars en redevances et revenus fiscaux qui dorment dans les coffres d’un pays où la pauvreté est encore un problème important.

M. Harper a rencontré mercredi des responsables de diverses entreprises du secteur, avant un long tête-à-tête avec le président péruvien, Ollanta Humala Tasso.

Les dirigeants d’entreprises ont souligné l’importance, pour les gouvernements régionaux, d’investir les redevances et revenus d’impôts dans des initiatives locales qui réduiront la pauvreté, qui affecte plus de la moitié de la population rurale du pays.

M. Humala a lui aussi indiqué qu’il désirait une meilleure inclusion sociale en lien avec l’industrie minière, qui domine l’économie du pays.

Les gouvernements régionaux possèdent des réserves allant jusqu’à 4 milliards $ en redevances, de l’argent qui dort dans des comptes de banques d’État.

Les compagnies minières et les gouvernements du G8 souhaitent de plus en plus que les gouvernements rendent des comptes sur ce qu’ils font avec les redevances, affirme Glenn Nolan, président de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs.

Les investissements canadiens directs au Pérou ont atteint 6,9 milliards $ en 2012, dont la majorité dans le secteur des ressources naturelles.

«Nous souhaitons voir de bonnes lois et de la transparence pour que [les redevances que nous versons] retournent aux communautés», a-t-il dit lors d’une entrevue.

Plusieurs communautés situées près des sites miniers se trouvent dans des endroits reculés, leur population est souvent indigène, et sont bien plus pauvres que le reste du pays. Environ 75 sociétés minières canadiennes sont présentes au Pérou, principalement dans l’exploitation de l’or, de l’argent et du cuivre.

M. Harper a annoncé mercredi une aide de 53 millions $ pour aider notamment les gouvernements locaux et régionaux à mieux redistribuer l’argent des redevances dans les villages miniers. La somme avait déjà été mise de côté dans de précédents budgets, mais n’avait pas été consacrée à des projets spécifiques.

«Le Pérou, tout comme le Canada, possède d’abondantes ressources naturelles. Et comme le Canada, le développement responsable de ces ressources est d’une importance vitale pour la création d’emplois et la croissance économique au Pérou», a déclaré M. Harper.

Il existe une tendance mondiale à l’amélioration de la transparence des compagnies minières en ce qui concerne le paiement et l’utilisation des redevances, et la nouvelle politique canadienne s’inscrit dans cette mouvance.

Des groupes d’aide au développement craignent cependant qu’en matière d’aide étrangère canadienne, les espoirs de profits pour les entreprises privées aient préséance sur la lutte à la pauvreté.

MM. Harper et Tasso ont par ailleurs annoncé mercredi une entente pour accroître le transport aérien entre les deux pays.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!