Métro

MONTRÉAL – Plus d’un élève québécois du secondaire sur trois se dit victime de violence que ce soit à l’école, lors du trajet entre l’école et la maison ou encore sur Internet. De plus, 28 pour cent des filles et 14 pour cent des garçons sont à risque de détresse psychologique selon l’Institut de la statistique du Québec qui dévoile jeudi une enquête à ce sujet.

Ces résultats font partie du deuxième volet de l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire réalisée en 2010-2011.

Parmi les principaux constats de l’enquête, 38 pour cent des élèves du secondaire ont reconnu avoir eu au moins un comportement agressif comme se battre, menacer ou frapper les autres.

Un élève sur quatre a aussi avoué avoir fait usage de violence dans une relation amoureuse, que ce soit de manière psychologique, physique ou sexuelle.

Le décrochage scolaire demeure toujours une source d’inquiétude alors que près du quart des garçons du secondaire présentent un risque élevé de décrochage scolaire, comparativement à 16 pour cent des filles.

L’enquête a été menée dans 470 écoles entre novembre 2010 et mai 2011 pour le compte du ministère de la Santé et des Services sociaux. Environ 63 200 jeunes de la première à la cinquième secondaire y ont participé dans l’ensemble des régions du Québec à l’exception des Terres-Cries-de-la-Baie-James et du Nunavik.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!