VANCOUVER – La Couronne allègue que les quatre agents de la Gendarmerie royale du Canada impliqués dans la mort de Robert Dziekanski s’étaient «entendus» pour fournir une seule version des événements, avant de tenter de dissimuler cette «collusion» lors d’une enquête publique.

Les allégations surviennent dans le cadre des audiences préliminaires au procès du constable Bill Bentley, qui est accusé d’avoir menti six fois lors de l’enquête pourtant sur l’incident où M. Dziekanski a été atteint mortellement par une décharge de pistolet électrique à l’aéroport de Vancouver, en octobre 2007.

L’avocat de la Couronne, Eric Gottardi, demande à un juge d’admettre en preuve les déclarations et les notes des trois autres policiers impliqués dans l’affaire. La Couronne veut ainsi prouver que les agents ont «collaboré» pour créer une version des faits avant de s’entretenir avec les enquêteurs aux homicides.

Au dire de Me Gottardi, les quatre agents ont effectué les mêmes erreurs lors de leurs dépositions, comme le fait d’affirmer erronément que deux d’entre eux avaient dû plaquer M. Dziekanski au sol.

Toujours selon la théorie de la Couronne, Bentley et les autres agents ont ensuite menti lors de l’enquête publique pour cacher le fait qu’ils avaient donné de mauvaises indications aux enquêteurs.

L’avocat de la défense n’a pas encore directement répondu aux allégations de la Couronne, bien que Bentley eut déjà plaidé non coupable à l’accusation de parjure.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!