Société d'histoire des Filles du Roy

Il y a 350 ans, les Filles du Roy débarquaient au Québec pour contribuer à peupler la Nouvelle-France. Plusieurs activités sont organisées à Montréal pour souligner leur apport.

«Juillet 1663. Déjà les délicieuses galettes qu’on nous servait à déjeuner sont pleines d’asticots. Ne reste plus que le potage matin, midi et soir. Heureusement, les hommes ont péché un énorme poisson quel festin.»

Cet extrait du journal de bord de l’une des 36 Filles du Roy, venues de France pour se marier et peupler la Nouvelle-France, donne une idée de l’ampleur du voyage nécessaire pour atteindre la terre promise.

En échange d’une dot de 50 livres offerte par le roi Louis XIV (d’où leur surnom de Filles du Roy), les femmes doivent venir se marier en Nouvelle-France et rétablir le déficit démographique causé par la trop faible représentation féminine. Une initiative réussie: les 36 femmes eurent 265 enfants. Les quelque 765 filles du Roy qui se succédèrent, entre 1663 et 1673, eurent en moyenne sept enfants, contribuant ainsi à un meilleur équilibre démographique.

«Étant souvent orphelines, et donc sans père pour leur fournir une dot, elles auraient vraisemblablement fait un mariage moins réussi en France», note Marie-Ève, guide à la Maison Saint-Gabriel. Ce musée présente une exposition leur rendant hommage jusqu’au 22 décembre.

Si les femmes ne manquèrent jamais de prétendants, précisons qu’un édit du roi datant du 5 avril 1669 forçait les célibataires à épouser une Fille du Roy pour pouvoir conserver leur permis de chasse!

Pour souligner l’apport de celles qu’on surnomme aussi les «grands-mères de la Nation», un grand bal des prétendants, en costume d’époque, sera organisé le samedi à la Maison Saint-Gabriel. Des 350 billets mis en vente, il en reste quelques-uns. Le prix de vente est de 350$ par couple.

Les 36 Filles du Roy, qui faisait partie en 1663 du premier voyage entre la France et le Québec, seront personnifiées par 36 volontaires qui auront refait en bateau le trajet entre Québec et Montréal. Leur arrivée au port de Montréal est prévue à 14h samedi. L’évènement est ouvert au public. Un concert gratuit de l’orchestre symphonique pop est aussi prévu dimanche soir à 20h, dans le parc Marguerite-Bourgeoys.

«Les Filles du Roy n’avaient jamais été célébrées. On veut leur redonner leurs lettres de noblesse. On est, pour beaucoup, des descendants des Filles du Roy»,  lance Madeleine Juneau, directrice générale de la Maison Saint-Gabriel, citant des descendants prestigieux tels que Lucien Bouchard, Jean Chrétien et même Hillary Clinton.

Mythes sur les Filles du Roy

  • Même si elles partaient du même port que les prostitués envoyées aux Antilles, elles n’étaient pas des filles de joie.
  • Elles n’étaient pas non plus bannies de leur pays d’originie. Environ 10% sont revenues mourir en France, selon la Société d’histoire des Filles du Roy
  • Elles n’étaient pas forcées de se marier. Une trentaine refusèrent même les offres de mariage.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!