Depuis la récession mondiale de 2008, les Québécois ont modifié leurs habitudes alimentaires. Santé et proximité sont désormais leurs maîtres mots.

Les produits santé continuent à remplir les panier des consommateurs mais les produits certifiés biologiques font de moins en moins recette, conclut une étude de Raymond Chabot Grant Thornton, dévoilé mardi.

«Les gens sont un peu désabusés face aux produits bios, assure Jean-Pierre  Haché, directeur principal et spécialiste en agroalimentaire au sein de la firme. C’est difficile de les reconnaître dans les rayons des supermarchés et les agriculteurs ont du mal à obtenir des certifications.»

Si les consommateurs boudent les marchandises bios, l’usage grandissant d’aliments santé prouve qu’ils restent préoccupés par le contenu de leurs assiettes.

Les Québécois semblent, par ailleurs, avoir un regain d’intérêt pour les produits locaux et la lutte contre les gaz à effet de serre. «Il y a une vraie prise de conscience vis à vis de l’empreinte carbone, note M. Haché. De plus en plus de marchés urbains réapparaissent.»

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!