Selon les données d'Environnement Canada, les véhicules fabriqués en 1995 ou avant produisent 19 fois plus de pollution atmosphérique que les véhicules fabriqués à partir de 2004.

Quelque 20 000 véhicules construit en 1995 ou avant ont disparu des routes du Québec au cours des 12 derniers mois grâce au programme Faites de l’air. Quoique satisfaite de ce résultat, qui représente deux fois plus de véhicules recyclés que ce qui était prévu au départ, l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) a indiqué mercredi que la lutte ne sera pas terminée tant que le Québec n’imposera pas l’inspection des vieux véhicules.

La Belle province est l’une des rares régions du pays à ne pas être dotée d’un tel programme. «De vieilles voitures nous arrivent chaque année de l’Ontario et des États-Unis, a indiqué André Bélisle, président de l’AQLPA, en marge de la Journée de l’air pur. Puisque nous n’avons pas de programme d’inspection obligatoire, notre parc automobile est beaucoup plus polluant qu’ailleurs.»

Le Québec compte quel-que 600 000 voitures âgées de plus de 15 ans, qui sont responsables d’environ 50 % de la pollution atmosphérique dans la province. «L’automobile est une composante essentielle de la mobilité au Québec. On ne nie pas ça, a rappelé le président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal (STM), Michel Labrecque. Mais il faut que le parc automobile québécois s’améliore.»

La ministre de l’Environnement, Line Beauchamp, semble avoir entendu cet appel. En décembre dernier, en marge de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, à Copenhague dernier, elle a indiqué qu’un programme d’inspection obligatoire des vieux véhicules serait imposé d’ici un an ou deux. Une table de travail a été formée afin de concevoir ce programme.

Faites de l’air!

Le programme Faites de l’air a permis, l’année dernière, de retirer 20 000 voitures âgées de 15 ans ou plus des routes

  •     Les personnes qui ont donné leur «vieux bazou» ont reçu des titres de transport en commun pour 15 mois.
  •     Les voitures recyclées ont permis la récupéreration de 13 600 tonnes de métaux.
  •     380 000 litres de liquides (essence, huile) ont été récupérés.
  •     Les participants qui ont choisi de se tourner vers les transports actifs et collectifs ont permis une réduction de 6 000 tonnes de CO2 l’année dernière.

Aussi dans National:

blog comments powered by Disqus