ashleymadison.com Page d'accueil du site

TORONTO – Un site de rencontre pour les personnes mariées qui cherchent une petite aventure extraconjugale est poursuivi en justice par une ancienne employée pour des blessures aux poignets qu’elle se serait infligées en tapant des centaines de faux profils de femmes.

Doriana Silva poursuit le site internet Ashley Madison pour 20 millions $ pour ce qu’elle appelle «l’enrichissement injuste» de l’entreprise à ses dépens, et pour 1 million $ pour dommages-intérêts punitifs.

Dans sa déclaration, Mme Silva, une Torontoise d’origine brésilienne, affirme qu’elle a été embauchée pour aider à lancer la version portugaise du site, contre une promesse de salaire annuel de 34 000 $ plus avantages.

On lui a rapidement demandé de créer 1000 «faux profils de femmes» visant à attirer les hommes au nouveau site brésilien payant. On ne lui aurait donné que trois semaines pour compléter le travail. Selon le document, l’entreprise lui aurait dit qu’il n’y avait rien d’illégal dans le fait de créer de faux profils, et l’aurait menée à croire que c’était une pratique normale dans l’industrie.

Avoir su que cela soulevait des problèmes éthiques et judicaires, elle aurait refusé la tâche, soutient-elle dans le document.

La création des faux profils «a demandé énormément de travail de clavier» et Mme Silva aurait développé des douleurs importantes aux poignets et aux avant-bras. Elle soutient que ses plaintes ont été ignorées, tout comme sa demande pour avoir un repose-poignets.

Toujours selon sa déclaration, elle garderait des séquelles qui touchent «plusieurs, sinon tous les aspects de sa vie».

Les allégations n’ont pas été prouvées en cour, et le site internet Ashley Madison n’a pas encore déposé sa défense.

L’entreprise, qui se décrit comme un service de rencontre pour personnes mariées, n’a pas répondu aux demandes d’entrevues.

Sur son site web, Ashley Madison affirme qu’elle ne sélectionne pas ses membres et qu’elle «ne peut garantir l’authenticité des profils».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!