Une proposition, portée par les Réseaux universitaires intégrés de la santé, suggère de rendre le diplôme universitaire obligatoire pour exercer la profession d'infirmière.

La formation des infirmières sera au coeur des débats du congrès annuel de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), qui débute lundi, à Montréal.

Une proposition, portée par les Réseaux universitaires intégrés de la santé, suggère de rendre le diplôme universitaire obligatoire pour exercer la profession d’infirmière.

Cet avis a été mal reçu par la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ) et par la Fédération des cégeps.

«Le programme d’études collégiales en soins infirmiers est rigoureux, à la fois théorique et pratique, et les employeurs en sont satisfaits, a affirmé Jean Beauchesne, président-directeur général de la Fédération des cégeps. Il ne sert à rien de remettre en question la formation collégiale. C’est même très nuisible dans le contexte actuel de pénurie d’infirmières puisque cela pourrait avoir comme effet de dissuader des jeunes de s’inscrire dans ce programme.»

Les représentants de la FNEEQ ont voté, jeudi, en faveur du maintient du DEC comme diplôme d’accès la profession d’infirmière.

«Il y aurait bien des choses à modifier dans le contexte actuel avant de songer à revoir les seuils d’entrée dans la profession», a déclaré la vice-présidente de la FNEEQ et responsable des cégeps, Micheline Thibodeau.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus