SEPT-ILES – Le procès de Bernard Gauthier, surnommé « Rambo », qui a
débuté lundi matin à Sept-Îles, a dû être interrompu, à la suite d’une
requête de son avocat qui a demandé un arrêt des procédures.

Pour cause « d’ingérence politique », Me Robert Laurin a demandé l’abandon
des poursuites contre son client, accusé d’intimidation envers des
travailleurs de la construction.
Me Laurin soutient que la ministre du Travail, Lise Thériault, a
« présupposé » de la culpabilité de son client par des propos qu’elle a
livrés au quotidien Le Devoir, la semaine dernière.

La ministre avait alors indiqué qu’elle suivrait de près le procès du
représentant syndical pour le local 791 sur la Côte-Nord. Elle se disait
convaincue que le procès allait mettre en lumière certaines pratiques,
précisant qu’il n’est pas normal d’avoir le contrôle d’une région ou
d’un chantier et de ne pas permettre à certains travailleurs de
travailler.
Selon l’avocat de la défense, ces propos sont inadmissibles.

De son coté, l’avocate de la Commission de la construction du Québec
(CCQ) a estimé que la requête devait être rejetée, puisque la ministre
n’a formulé que des propos généraux qui ne faisaient pas mention de
l’accusé

 Le juge Michel Babin a pris le dossier en délibéré. Il devrait revenir
en cour plus tard lundi pour faire part de sa décision ou indiquer quand
il la rendra.

S’il est reconnu coupable des faits remontant à février 2009, Bernard
Gauthier pourrait devoir payer une amende, mais surtout, il pourrait
être déclaré inhabile à exercer ses fonctions pour une période de cinq
ans.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!