Métro

VANCOUVER – Tel que promis dans son dernier budget, le gouvernement fédéral a mis en place une ligne téléphonique pour faciliter la dénonciation des gros fraudeurs de l’impôt.

Le délateur qui signalera des évasions fiscales à l’étranger de plus de 100 000 $ pourra mettre la main sur une partie du magot qu’il aura ainsi aidé à récupérer.

Il ne touchera toutefois pas un cent, évidemment, s’il s’avérait qu’il a lui-même fait partie du stratagème pour tromper le fisc.

La ministre du Revenu, Kerry-Lynne Findlay, a expliqué qu’une enveloppe de 30 millions $ sur cinq ans serait consacrée aux efforts de lutte contre la fraude fiscale au Canada et à l’étranger.

À l’heure où le gouvernement fédéral tente d’atteindre l’équilibre budgétaire, les conservateurs se montrent enthousiastes à l’idée de récupérer des sommes d’argent qui sont dues à Ottawa.

La répression contre les fraudeurs du fisc, qui vise à ramener au pays des centaines de millions de dollars, était l’un des éléments clés du budget fédéral de l’an dernier.

«Notre gouvernement est déterminé à combattre l’évasion fiscale et l’évitement fiscal abusif internationaux dans le cadre de ses efforts visant à protéger les importantes ressources sur lesquelles comptent les Canadiens pour appuyer les investissements dans les écoles, les hôpitaux et autres services essentiels du gouvernement», a indiqué la ministre Findlay dans un communiqué.

«Cacher des revenus et des biens à l’étranger afin d’éviter l’impôt est une infraction qui nuit à l’intégrité et à l’équité du régime fiscal canadien.»

Les Canadiens ont l’obligation légale de déclarer tout actif à l’étranger dont la valeur dépasse 100 000 $, selon l’Agence du revenu du Canada.

Le gouvernement conservateur souhaite renforcer ces règles de sorte que tout transfert électronique de fonds supérieurs à 10 000 $ soit aussi déclaré.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!