Jacques Boissinot / La Presse Canadienne Pauline Marois

SHAWINIGAN, Qc – Le gouvernement Marois n’exclut pas la possibilité de déclencher des élections au printemps, peut-être même avant le dépôt du budget.

Le vice-premier ministre François Gendron, qui avait appuyé sur le frein l’automne dernier lorsque ses collègues songeaient à se lancer dans la mêlée électorale, estime que la conjoncture actuelle est maintenant favorable.

«Un gouvernement minoritaire doit toujours être prêt pour cette réalité parce qu’on ne sait pas à quel moment les deux autres formations politiques pourraient nous arriver avec une motion de confiance, donc il est légitime à ce moment-ci d’être prêt. Selon moi, ça l’était moins à l’automne», a dit M. Gendron, mercredi, à l’amorce d’un caucus de deux jours des députés péquistes à Shawinigan en Mauricie.

Selon lui, le gouvernement serait également légitimé de plonger le Québec en élection sans déposer de budget au préalable. À ses yeux, la seule obligation du gouvernement est de donner «l’heure juste» aux électeurs sur l’état des finances publiques.

«On va donner l’heure juste à l’électorat. Est-ce qu’il y a moyen de donner l’heure juste à l’électorat sans un budget? Je pense que oui, c’est possible ça», a-t-il dit.

Âgé de 69 ans, le doyen des parlementaires de l’Assemblée nationale affichait la forme d’un convalescent, mercredi, une semaine après avoir été transporté d’urgence à l’hôpital pour un malaise qu’il a attribué à une «intolérance alimentaire».

Les ministres rencontrés sur place sont demeurés prudents sur l’échéancier électoral, faisant valoir que la décision ultime de l’appel aux urnes appartenait à la première ministre Pauline Marois.

«Je ne sais pas quand aura lieu l’élection, je n’ai aucun contrôle sur le calendrier électoral», a dit le ministre des Institutions démocratiques, Bernard Drainville.

«Ma tâche est de faire avancer le projet de charte (des valeurs de laïcité) et la faire adopter. C’est la responsabilité que m’a confiée la première ministre et j’ai l’intention de poursuivre cet objectif», a-t-il ajouté.

Sa collègue du Travail, Agnès Maltais, n’a pas voulu commenter les rumeurs d’élection, disant vouloir se consacrer à ses dossiers, notamment celui, délicat, des fonds de retraite.

«On est là pour travailler, on est là pour servir, moi j’ai les forums sur les régimes de retraite à régler, ce sont de gros dossiers et moi je continue le travail», a-t-elle lancé.

Le président du parti, Raymond Archambault, a de son côté déclaré que toutes les options étaient sur la table en ce concerne la date du prochain scrutin.

«Tous les scénarios sont bons mais la seule chose dont on est certain, c’est que les oppositions veulent défaire le gouvernement au budget», a-t-il dit.

Mais les partis d’opposition auront-ils l’occasion de voter sur le budget? La réponse n’est pas claire.

Tant le ministre des Finances, Nicolas Marceau, que le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, ont refusé net d’affirmer qu’il sera déposé avant le déclenchement de la prochaine campagne.

«Mme Marois a dit qu’on est en préparation d’un budget. On va en présenter un, je pense qu’en soit, c’est clair. Nul besoin d’un autre commentaire. On n’est pas dans les élections, on est dans la préparation d’un budget», a dit M. Bédard.

Le ministre Marceau s’est lui aussi limité à dire qu’il travaillait à la préparation du budget 2014-2015. Il n’a pas été en mesure de garantir que les électeurs pourront scruter le document avant la campagne.

«Je prépare un budget présentement. Quant au reste, ça relève de la première ministre. Ce que je peux vous dire, c’est que l’information (sur les données financières) que nous fournissons aux Québécois est de très haute qualité et on va continuer sur cette voie-là», a-t-il soulevé.

Le dernier et le seul budget du ministre Marceau a été déposé en novembre 2012.

La première ministre Marois, qui est arrivée à Shawinigan mardi à bord d’un hélicoptère depuis Montréal, n’a répondu à aucune question des journalistes.

La chef du gouvernement n’a pas ménagé les moyens pour arracher aux libéraux les trois circonscriptions _ sur cinq _ qu’ils détiennent en Mauricie.

Depuis le début de la semaine, pas moins de huit ministres ont été conscrits pour faire des «annonces» à grands renforts de fonds publics partout à travers la région. Au total, quelque 60 millions $ ont plu ces derniers jours sur la Mauricie et le Centre-du-Québec.

La CAQ accuse

La députée de la Coalition avenir Québec (CAQ) Sylvie Roy, qui représente la circonscription d’Arthabaska, a accusé le gouvernement d’avoir sciemment regroupé une série d’annonces pour avoir un impact dans l’électorat.

«Ils ont tout regroupé, tout retenu pour faire une flopée d’annonces comme ça, à des fins électoralistes, c’est ça qui me dérange, c’est la façon de faire du gouvernement», a-t-elle dit.

Mme Roy a estimé que les annonces multiples du gouvernement au cours des derniers jours n’effaceront pas le bilan négatif de sa décision de fermer la centrale nucléaire de Gentilly-2.

«En fermant Gentilly-2 dans la région, on a perdu beaucoup plus d’emplois et les annonces que j’ai entendues, ça sert à consolider des emplois, mais je n’ai pas compris qu’on avait remis le compteur à zéro», a-t-elle dit.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!