Getty Images/iStockphoto

SHAWINIGAN, Qc – Après avoir fait pleuvoir les millions sur la Mauricie et le Centre-du-Québec, dans une atmosphère pré-électorale, le gouvernement Marois renchérit, cette fois en s’adressant aux petits salariés.

La ministre du Travail Agnès Maltais a annoncé mercredi une hausse du salaire minimum, à compter du 1er mai. Le taux horaire passera ainsi à 10,35 $, une hausse de 20 cents. Il en est de même pour les travailleurs de certains secteurs du textile, dont le salaire passe aussi de 10,15 $ à 10,35 $.

Le taux horaire des employés à pourboire augmente aussi: il passera de 8,75 $ à 8,90 $ l’heure.

Le gouvernement Marois se targue d’avoir haussé de 0,45 $ le taux horaire du salaire minimum depuis son arrivée au pouvoir en septembre 2012. Près de 350 000 travailleurs bénéficieront du nouveau taux horaire, selon les données du gouvernement.

Québec solidaire a critiqué la hausse consentie. Par voie de communiqué, le parti a indiqué que le taux horaire devrait être de 11,37 $, pour ainsi permettre au salarié de dépasser le seuil de faible revenu.

Normalement, la hausse du salaire minimum est annoncée en décembre, mais la ministre se défend d’avoir voulu profiter de la fébrilité électorale dans laquelle baigne le Québec. Elle a soutenu qu’elle était trop occupée en décembre pour entreprendre les démarches avec le comité responsable du salaire minimum.

«Normalement, cela arrive fin décembre, mais j’étais un peu occupée avec le plan d’action sur les régimes de retraite, a-t-elle commenté en point de presse en marge du caucus des péquistes à Shawinigan. Alors, dès janvier, on a enclenché la mécanique pour passer à travers les comités ministériels, et la décision gouvernementale est arrivée aujourd’hui. Il n’y a eu aucun retard par rapport au 1er mai.»

Au cours des derniers jours, le gouvernement Marois a procédé à une quarantaine d’annonces, en Mauricie et au Centre-du-Québec, pour un total d’environ 60 millions $, ce qui alimente les rumeurs d’élections au cours des prochains mois.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!