Jacques Boissinot / La Presse Canadienne Pauline Marois

TROIS-RIVIÈRES, Qc – Pauline Marois remet timidement en marche le train de la souveraineté : elle s’engage à déposer un Livre blanc sur l’avenir du Québec si elle est réélue, à défaut de promettre un référendum.

Elle veut donc convier la population à un nouvel exercice de consultation qui portera notamment sur l’option indépendantiste, en vue d’aboutir à un cahier de propositions avalisé par le gouvernement.

Ce serait le premier exercice de consultation du genre depuis la commission sur l’avenir du Québec tenue avant le référendum de 1995.

Pauline Marois en a fait l’annonce mercredi soir devant environ 300 militants enthousiastes de son parti, à Trois-Rivières, dans une ambiance électorale, ce qui alimente les rumeurs d’un scrutin dans les mois ou semaines.

« En reprenant, à notre façon, la démarche choisie par René Lévesque, toute la population sera invitée à prendre la parole », a-t-elle déclaré devant un parterre avec bon nombre de ses ministres et députés, dans un long discours visant à galvaniser ses troupes, en vue d’un éventuel rendez-vous électoral.

« Au cours du prochain mandat, nous allons recommencer à réfléchir collectivement. Dans un prochain mandat, un gouvernement du Parti québécois va présenter un Livre blanc sur l’avenir du Québec. »

Elle a ajouté toutefois qu’elle ne pouvait « présumer de la direction » que les Québécois prendront.

La première ministre ne s’est toutefois pas engagée à tenir un référendum au cours du prochain mandat. Elle a réitéré que le référendum devait être tenu à un « moment approprié ».

« On ne bousculera pas les Québécois », a-t-elle assuré, mais elle s’engage à proposer «une avenue claire».

La chef péquiste a ajouté qu’elle était prête à « aller jusqu’au bout » et que cela commençait « ce soir au cœur du Québec ».

Si elle ne promet pas de référendum, elle demande toutefois à son adversaire libéral Philippe Couillard d’en tenir un, s’il va de l’avant avec son projet de réintégrer le giron constitutionnel canadien.

Dans ce long discours, Pauline Marois a nullement fait mention du projet de charte des valeurs, qui pourtant domine actuellement le débat public et dope les intentions de vote en faveur du PQ. Tout au plus, elle a dit que, contrairement à Philippe Couillard, son parti défendait les valeurs québécoises.

Mme Marois a largement fait écho aux rumeurs persistantes d’élections hâtives en laissant entendre qu’elle était prête à en découdre.

«À vous voir aussi nombreux et enthousiastes, cela me donne des idées, a-t-elle lancé en arrivant à la foule qui l’a accueillie chaleureusement. Je vais continuer à réfléchir!»

La première ministre a soutenu qu’elle était prête à laisser choisir les Québécois, entre la «prospérité» et les mesures économiques qu’elle propose, et «l’austérité» proposées par la CAQ et le PLQ, qui veulent revenir à l’équilibre budgétaire plus rapidement.

«Je fais entièrement confiance aux Québécois. Ils vont choisir, j’en suis persuadée, la prospérité.»

Enfin, elle a dit à ses troupes qu’il fallait se «préparer à la prochaine bataille», en imputant aux partis d’opposition le blâme d’un éventuel scrutin hâtif.

«L’opposition menace de nous précipiter en élections à tout moment.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!