À défaut d’avoir un pays, les Québécois auront vendredi leur «monnaie nationale», le Québecoin, une monnaie virtuelle inspirée du bitcoin.

Jean-Philippe Gagnon, son créateur, précise être politiquement neutre. «Quand l’Islande a créé sa crypto monnaie en mars pour contrer l’hyperinflation due à la crise financière que traversait le pays, j’ai été ébloui», raconte-t-il au bout du fil. «Ici, la question n’est pas d’ordre économique, mais il s’agit plus d’une question de fierté nationale. On est une nation, mais on n’a pas de monnaie qui nous est propre.»

La monnaie qu’il a créée se veut plus verte et plus démocratique. Comme toutes les dizaines de monnaies virtuelles, déjà existantes dans le monde, ce sont les membres, qui auront mis la force de leurs ordinateurs à disposition, qui permettront de créer («miner», dans le jargon) la monnaie de façon régulière. Ces derniers sont alors rétribués avec la monnaie nouvellement créée.

Mais contrairement aux émules du bitcoin, il ne sera pas nécessaire d’avoir du matériel coûtant des dizaines de milliers de dollars pour miner les futurs québecoins. Une petite carte graphique et un simple ordinateur suffiront. «Dans les monnaies comme le bitcoin, ce sont les mineurs qui ont le plus investi dans des machines spécialisées qui s’accaparent le plus de monnaie. On voulait quelque chose de plus démocratique et qui est aussi 30% à 50% moins énergivore», dit-il.

Autre concept novateur, 50% des québecoins émis d’ici deux ans seront redistribués gratuitement aux résidants du Québec afin de favoriser la dispersion de la monnaie. Les créateurs du québecoin travailleront aussi avec des commerces pour que la monnaie soit acceptée comme mode de transaction.

Le québecoin n’est pas la première monnaie virtuelle québécoise. L’orobit a été lancé par un Sherbrookois en février. Le créateur du québecoin clame toutefois que sa monnaie apportera une réelle valeur ajoutée au concept en plus d’avoir un marché cible réaliste.

Cela sera-t-il suffisant pour arriver à s’extirper de la masse? En février, l’Autorité des marchés financiers (AMF) avait publié un communiqué invitant les Québécois à la prudence face aux monnaies virtuelles. L’AMF rappelle que les transactions impliquant ces monnaies ne sont pas couvertes par le Fonds d’indemnisation des services financiers.

S’il salue ce genre d’initative, l’avocat spécialiste des monnaies virtuelles, Adam Atlas se questionne: «Comme la monnaie n’aura pas beaucoup d’intérêt en dehors du Québec, arrivera-t-elle a gagner suffisamment de valeur? Ceci dit, c’est un idée intéressante de tenter de lier une monnaie virtuelle à une zoné géographique précise», conclut-il.

Les principales cryptomonnaies telles que le bitcoin ou le litecoin connaissent néanmoins un certain succès, car elles permettent selon leurs utilisateurs de contourner les principaux réseaux financiers, d’éviter les frais de transaction et les taux de change exorbitants.

Ça se bouscule!

  • Quasiment en même temps, LaPièce (Qcoin) sera lancée
  • Celle-ci est toutefois clairement indépendantiste
  • La Piece ne semble touefois pas avoir le même sérieux

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus